Spectacle Peer Gynt à l'Opéra de Limoges 1er Février 2024

Peer Gynt

Peer Gynt est une pièce de théâtre écrite par l'auteur norvégien Henrik Ibsen en 1867 et jouée pour la première fois à Oslo le 24 février 1876 avec un accompagnement musical de Edvard Grieg. Grieg a compilé cette musique d'accompagnement en deux suites Opus 46 et Opus 55.

dcorpourpeergynt1911-nicolas-roerich.jpg

Décor pour Peer Gynt du peintre Nicolas Roerich (1911)

Argument :

Peer Gynt vit avec sa mère Aase dans leur pauvre maison. Son père décédé ne leur a pas laissé de quoi vivre. Aase adore son fils mais se rend compte qu’il n’est qu’un affabulateur et un bon à rien.

Peer Gynt à la noce.PNG

Lorsqu’elle lui apprend qu’Ingrid, une jeune fille de bonne famille qu’il aurait pu épouser, se marie ce jour-là, il décide de se rendre à la noce, et sur un coup de tête enlève la mariée avec laquelle il s’enfuit dans les bois. Il se lasse très vite d’elle, et la renvoie avec des sarcasmes à sa famille.

Peer Gynt suit la dame en vert.PNG

Il rencontre la dame en vert, fille du roi de la montagne, et s’apprête à l’épouser, lorsque le roi se propose de lui mutiler les yeux pour qu’ils voient comme ceux d’un troll. Peer refuse et s’enfuit de la caverne. Il se réfugie auprès de la douce Solveig, qui accepte de s’installer avec lui. Le bonheur de Peer est gâché lorsque la dame en vert lui annonce qu’elle et l’enfant qu’elle a eut de lui rôderont toujours autour de sa cabane.

09-Anitra's Dance.png

Il s’enfuit. Peer va d’aventure en aventure. Il fait fortune comme armateur et trafiquant d’esclaves, perd presque tous ses biens dans un naufrage, est adopté par une tribut de bédouins du désert en tant que prophète, se fait voler par Anitra, la jeune fille à laquelle il s’était attaché.

Devenu vieux, il revient enfin en Norvège où le diable lui apprend que son heure est venue. Peer court la forêt pour échapper à son sort, et retrouve sa cabane, où Solveig est restée à l’attendre fidèlement, sans douter un seul jour qu’il reviendrait.

Photo : Détails de la licence

Créateur : Morten Uglum
|
Crédits : Aftenposten, NTB scanpix


Conférence de Laurent Zecchini 25 janvier 2024

De nombreuses lycéennes du LCIL ont assisté à cette conférence, certaines accompagnées de leurs maris , et suivie d'un apéritif très convivial.

Le Marquis de La Fayette

Gilbert du Motier de la Fayette 1757-1834

La Fayette : héros de l’indépendance américaine

Né au château de Chavaignac en Auvergne, il s’installe à Versailles et épouse Adrienne de Noailles .

Dans un diner, il entend parler de la lutte des Américains pour l’indépendance. Convaincu de la justesse de leur cause, il s’engage à leurs côtés et s’illustre dans de nombreuses batailles.

La Fayette et la Révolution Française

A contrecourant de son époque, il est pétri des idées de liberté, il dénonce les inégalités sociales, le pouvoir absolu et la servilité des courtisans Il est le premier à réclamer une déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Il dirige la garde nationale et fait revenir le roi à Paris.

Lors de la fuite à Varennes, il défend la thèse de l’enlèvement ; Relevé de son commandement et accusé de traitrise, il quitte la France en 1792 et sera arrêté et incarcéré pendant 5 ans par les Autrichiens et les Prussiens.

La Fayette :  Républicain ou monarchiste ?

Il aurait voulu rendre la monarchie compatible avec la Révolution, il avait fait le choix du roi, aurait souhaité une monarchie constitutionnelle. Il disait la France pas encore mûre pour la République.

Héros controversé en France, il est surnommé «  le héros des 2 mondes » . Il est citoyen d’honneur des USA., 141 villes portent son nom  et de nombreuses statues sont érigées à son effigie dont une devant la Maison  Blanche.

Laurent Zecchini est un journaliste français, né le 10 mars 1952 à Vincennes, spécialiste des questions internationales et de défense.

Laurent Zecchini a fait l'essentiel de sa carrière journalistique au Monde, où il est resté 35 ans, occupant notamment des postes de correspondant à l'étranger. Il a quitté ce quotidien fin décembre 2014 pour se consacrer, en 2015, à un essai biographique et à un enseignement à Sciences Po.

Entré au Figaro en 1972, dans l'équipe chargée de sortir un nouveau magazine, le Figaro-Dimanche, il a rejoint le service politique du Figaro en 1974, où il est resté jusqu'en 1977. Il s'est surtout occupé de la couverture des travaux de l'Assemblée nationale. En 1977-1978, il a été journaliste à Radio Monte-Carlo où il était chargé de l'actualité et de l'analyse de la politique intérieure française.

Engagé au Monde en 1979, il a été chargé de la couverture des débats de l'Assemblée nationale, jusqu'en 1983. Rejoignant le service Étranger du Monde en 1984, il a été chargé des pays africains, notamment de l'Afrique de l'ouest et centrale, jusqu'en 1987.

Nommé correspondant permanent à New Delhi pour l'Asie du sud en 1987, il a couvert les pays de cette zone (IndePakistanAfghanistanBangladeshNépal) jusqu'en 1991. Nommé correspondant à Londres, de 1991 à 1994, il a suivi de près le conflit d'Irlande du Nord.

Correspondant à Washington, de 1994 à 1998, il a suivi les questions diplomatiques et stratégiques internationales, ainsi que la politique intérieure américaine. De retour à Paris, en 1999, il a été chargé de la coordination des correspondants européens. Nommé chef du Bureau européen à Bruxelles, en 2000, puis correspondant diplomatique, il a notamment suivi les questions de défense européenne et l'actualité de l'OTAN, avec des reportages dans de nombreux pays (Afghanistan, KosovoBosnie, etc.).

Nommé correspondant défense du Monde en 2005, il a suivi les questions militaires et stratégiques dans différents pays (États-Unis, Afghanistan, IsraëlLibanIran), ainsi que l'actualité de la défense française.

En 2009, il a été nommé correspondant permanent du Monde à Jérusalem, et a couvert l'actualité d'Israël et des Territoires palestiniens, ainsi que celle de la Jordanie jusqu'en juillet 2014.

Tout en donnant des cours de journalisme à Sciences Po (campus euro-américain de Reims) à partir de fin 2014, il s’est consacré à l’écriture d’une biographie de Gilbert de Lafayette, qui a été publiée en avril 2019, chez Fayard (Librairie Arthème Fayard).

Commentaire : Sophie Mariaux, Béatrice Theillaud

Photos : Béatrice Theillaud


Sortie culturelle à Paris 30 novembre 2023

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Sortie culturelle à Paris 29 novembre 2023

Sortie culturelle à Paris 29 novembre 2023

NAPLES à PARIS – Le LOUVRE invite le musée de CAPODIMONTE

Ancienne résidence de chasse des souverains Bourbon, le palais (la Reggia en italien) abrite aujourd’hui l’un des plus grands musées d’Italie. Pendant sa rénovation, plus de 60 chefs-d’œuvre de la peinture italienne du 15e au 17e siècle ont été prêtés et choisis par le Louvre et ont été réunis affirmant ainsi la volonté des deux musées de voir les insignes chefs-d’œuvre de Naples se mêler à ceux du Louvre.

C’est ainsi que nous avons pu découvrir la Crucifixion de Masaccio, artiste majeur de la Renaissance florentine mais absent des collections du Louvre, un grand tableau d’histoire de Giovanni Bellini, La Transfiguration,(1457) dont le Louvre ne possède pas d’équivalent.

Notre guide, aussi passionnante qu'érudite, a attiré notre attention sur des œuvres complémentaires à celles du Louvre, comme Le  Titien avec Danaé peint pour le cardinal Alexandre Farnèse en 1544,  Caravage avec La Flagellation (1607) et sa pratique du clair-obscur : il joue sur la lumière pour se concentrer sur les attitudes.

Nous avons découvert également la Piéta de Carrache (1599) qui connaitra un très grand succès avant que d’autres Pieta peints par ses assistants voient le jour par la suite, ou encore De Ribeira et son célèbre retable peint dans la Naples espagnole à l’époque, Saint Jérôme et l’Ange du Jugement.

Une représentation théâtrale au Théâtre Michel a conclu cette première journée. "Une idée géniale" , comédie de boulevard écrite, mise en scène et jouée par Sébastien Castro, José Paul et Agnès Boury, sur le thème des sosies, s'est révélée d'un inénarrable comique !

Compte-rendu Brigitte Pénicaut ,

photos : Eveline Quéroix


Transformation numérique et cybersécurité

Conférence par Le Général d'Armée (2S) Marc WATIN-AUGOUARD. le 23 novembre 2023

LES ENJEUX DE CYBERSECURITE

Saint-Cyrien, le général WATIN-AUGOUARD a été Général de Brigade, puis Général d'Armée 5 étoiles, Inspecteur Général des Armées-Gendarmerie, puis directeur du Centre de recherche des officiers de la Gendarmerie Nationale. Il est le créateur de la majeure "Souveraineté numérique et cybersécurité" à l'IHEDN, Président de l'Institut National de la Cybersécurité et de la Résilience des Territoires IN.CRT.

En effet, l'arrivée de la 5G et très bientôt la 6G va transformer notre société en une société hyperconnectée .

Nous sommes aujourd'hui en pleine métamorphose cybernétique : l'époque actuelle correspondant à la nymphose : la société actuelle sent qu'elle change ,mais reste dans son cocon ; dans les 5 à 10 ans à venir , ce sera la métamorphose, avec l'explosion dans le monde de la cybernétique et de l'informatique quantique.

En 2020, 80 milliards de machines étaient connectées; en 2030 il y en aura 1000 milliards ! en 2 secondes, la machine pourra faire 4 milliards de milliards de calculs! Les semi-conducteurs seront de plus en plus fins ( en nanomètres) et de plus en plus rapides et pourront conduire les données massivement et connecter jusqu'au grain de sable!

Le conférencier aborde alors le problème humain posé par le traitement de toutes ces données : l'intervention de l'intelligence artificielle , permettra , grâce à des algorythmes de solutionner des problèmes : en médecine, en météorologie, en sociologie...mais le risque existe que celle-ci prenne le pas sur l'humain . Le robot humanoïde, le transhumanisme, le monde virtuel du Métavers dans lequel il sera facile d'entrer...autant de sujets cruciaux pour l'être humain.

Après avoir dressé le tableau de l'évolution du monde numérique, le Général Watin-Augouard , aborde la cybersécurité indispensable à tous les niveaux, du particulier à l'Etat, en passant par l'entreprise ou les administrations . Les données sont un élément fondamental , plus important que le capital de l'entreprise: elles seront le "capital immatériel" de l'entreprise.

Pour lui deux types de pays existent aujourd'hui :

- ceux qui veulent la gouvernance de l'internet (France, Allemagne, Canada ...alias" le monde libre")

- ceux qui veulent la gouvernance sur l'internet ( tout savoir de l'utilisateur : Iran, Inde, Russie..)

"Où en est l'ETAT dans la prise en compte de la métamorphose cybernétique" - "l'ETAT va s'effondrer s'il ne protège pas les hommes et les biens" voilà quelques cris d'alarme d'un spécialiste passionné et plein de fougue!

Un code DALLOZ de la cybersécurité ( à la rédaction duquel, le Général a collaboré) a été édité en 2022 et les nouvelles éditions seront enrichies des nouvelles règles .

La cybersécurité commence aussi par l'éducation à "l'hygiène informatique" du citoyen : particulier , employé de l'entreprise, fonctionnaire. On n'ouvre pas n'importe quel mail, ou clé USB trouvée ! Sur Internet , il n'y a pas le "droit à l'oubli" : rien n'est jamais retiré.

La cyberdéfense militaire, civile, comporte trois volets : défensif ( je protège) , offensif (moi aussi je peux frapper) et l'influence ( lors d'élections par exemple)

Dans le contexte mondial , il apparaît évident que les états ne peuvent se défendre seuls et le rôle de l'Europe est indispensable : une réflexion collective du monde libre se met en place .

La cybercriminalité prend de plus en plus de visages : cyber-harcèlement, cyberpédophilie, vidéos truquées, usurpation d'identité, blocage de sites avec demande de rançon ...

Les criminels de la toile sont aussi bien le petit délinquant qui a compris que les escroqueries sur Internet rapportent des grosses sommes sans être inquiété, ou des états voyous qui utilisent des "hommes de main" pour entrer incognito dans des systèmes informatiques pour espionner et ensuite attaquer .

Nos objets connectés , à la maison , peuvent aussi nous trahir : les données qu'ils envoient sont stockées et peuvent être réutilisées.

En conclusion : le monde change vite : nous allons vivre une période extraordinaire et nous sommes tous concernés. Des métiers vont disparaître, mais le numérique en créera de nouveaux spécifiques à son monde : des juristes, des sociologues, des psychologues, des historiens ...du numérique . Le citoyen doit être exigent quant au discours politique qui doit redéfinir le sens du monde.

Il faut former les jeunes au numérique

compte-rendu : eveline Quéroix

photos : Brigitte Bigot , Eveline Quéroix


Visite du château de Boussac et de l'Abbatiale Sainte Valérie à Chambon/Voueize, le 12 octobre 2023

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Conférence du Professeur Eric Fiat

A l'initiative de Dominique Bordessoule, le Professeur Eric Fiat était convié pour une conférence à l'accroche étonnante "L'ode à la fatigue".

Cette conférence, ouverte au public, a connu un franc succès pour deux raisons:

le sujet: la fatigue , est un thème qui parle à chacun

le conférencier: son talent, son humour ont tenu le public en haleine

Présentation d'Eric Fiat par Dominique Bordessoule

"Il n’est vraiment pas nécessaire de présenter le Pr Eric Fiat car nombreux d’entre vous ont pu l’écouter sur les chaines de Radio France ou sur les podcasts en ligne de  ses conférences dans les espaces éthiques et autres. Beaucoup ont lu ses écrits dans la presse nationale, comme la double page du monde le 31 décembre 2020 en plein confinement ou dans ses nombreux ouvrages …

Gageons cependant qu’un petit rappel ne vous fatiguera pas trop ….Eric est philosophe, professeur d’Université, il enseigne la philosophie morale et l’éthique appliquée c’est à dire l’éthique médicale et l’éthique du travail social à l’université Gustave Eiffel, co-directeur de recherche du Laboratoire Interdisciplinaire d’Etudes Politiques Hannah Arendt Paris Est, membre de nombreux conseils scientifiques du collège des Bernardins, du comité de rédaction des revues Éthique et Approches, de l’Observatoire National de la Fin de Vie  entr’autres et de la Commission Ethique de la Société Française d’Hématologie que j’ai eu l’honneur de coordonner pendant une dizaine d’années

Les thèmes de recherche qu’il a développé ou encadrés sont ciblés sur la fragilité humaine : vulnérabilité (grandeur et misères des hommes), Handicap, grand âge (petit traité de la dignité), fin de vie, mais aussi le respect, la pudeur, tous ces thèmes sont les titres de ses très nombreuses publications et ouvrages. Et bien d’autres encore comme La couleur du matin profond, Corps et Ame, Le devenir de l’intériorité, Pudeur et Ode à la fatigue,  ouvrage qu’il dédicacera pour ceux qui le souhaitent en fin de conférence.

Au-delà du choix de ces thèmes passionnants pour les hématologues, confrontés quotidiennement à des personnes souffrant de maladie grave, mais aussi plus largement pour les médecins, les soignants, les accompagnants ou simplement pour tous les simples citoyens que nous sommes, son aptitude à décortiquer ces sujets complexes qui touchent le vivant pour les rendre accessibles à tous, fait de ce philosophe un écrivain et un orateur hors pair. Sa passion pour les racines étymologiques des mots accompagne son immense culture littéraire allant des textes des philosophes anciens, des grands classiques… les fables de la Fontaine n’ont aucun secret pour lui jusqu’aux auteurs plus contemporains.

Excellent pédagogue, car passionné et donc passionnant, il dit souvent « je suis philosophe n’ayez pas peur »  et de fait,  il donne tout son sens au terme de philosophie appliquée, car il  sait l’illustrer et la décrypter pour qu’elle nous aide à vivre. Mon admiration pour son travail de philosophe, de chercheur et de pédagogue, n’a d’égale que mon respect  pour l’homme qui est porteur de valeurs rares comme la fidélité, l’écoute, l’humilité, et son ouverture vers la rencontre des autres. Un immense merci Eric pour cette nouvelle conférence en Limousin qui j’en suis sure ne fatiguera personne."                                                                                                                                                                                                                          Dominique Bordessoule

Après avoir introduit le sujet en faisant la distinction entre "ode" et "éloge", le conférencier évoque les " bonnes" fatigues , puis les autres types de fatigues. Son discours émaillé de citations, parfois pittoresques, et d'exemples très imagés du quotidien, a mis sa philosophie de haut niveau à la portée de son public .

UNE CONFERENCE QUI FAIT DU BIEN


La table-Un art Français

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Les Compagnons du Tour de France

Les Compagnons du Tour France

Le 3 mai 2023, 18 lycéennes ont visité le musée des Compagnons du Tour de France, rue de la Règle à Limoges. Mr Armand LABARRE, président d’honneur de l’association compagnonnique de Limoges a su livrer les explications indispensables à la compréhension du Compagnonnage.

Si l’on en croit la légende, le compagnonnage se revendique d’une histoire remontant à la construction du temple de Jérusalem 1000 ans avant JC, sous le roi Salomon, auquel s’ajoutent 2 autres fondateurs mythiques, Maître Jacques et le Père Soubise. Toutefois au XIIième, il est dit que le Compagnonnage serait né de l’émergence des chantiers de constructions des bâtiments religieux.

Le Tour de France désigne la formation continue suivie par les itinérants pour devenir Compagnons. Ils travaillent en entreprise le jour et suivent des cours du soir. Le chef d’œuvre désigne un objet conçu par l’itinérant rassemblant plusieurs difficultés techniques apportant la preuve de sa maîtrise. Le Devoir est le terme regroupant les règles et les obligations professionnelles et morales qui rythment ses relations avec les autres Compagnons.

Les Compagnons sont installés à Limoges depuis 1970 à l’emplacement de l’hospice de la Règle et en particulier le réfectoire abritant aujourd’hui le musée et des exemples de chefs d’œuvre individuels et collectifs remarquables. Environ 50 jeunes sont actuellement en formation sur le site de Limoges.

L’association des Compagnons est désormais laïque et les femmes y sont admises depuis environ 20 ans.

L’après-midi a été consacré à visiter les ateliers à Panazol mais aussi l’association « L’Outil en main » dont l’objectif est de faire découvrir les métiers manuels à des jeunes de 9 à 14 ans. Ces ateliers sont animés et encadrés par des Compagnons retraités bénévoles. A ce jour 36 jeunes se sont engagés à suivre ces ateliers pendant 2 ans.

En espérant ainsi susciter des vocations et enrayer la pénurie d’artisans.

Une journée riche en découvertes remarquables, voilà le sentiment unanime des lycéennes présentes

Commentaire et photos : Brigitte Pénicaut


Escapade culturelle à Budapest

27 mars 2023: départ de Limoges pour aller à Budapest passer quatre jours de visites intenses car la ville offre de remarquables monuments: sur la colline de Buda, le château royal, non loin du Bastion des pêcheurs où on peut flâner en admirant le panorama sur la ville ; Pest  propose le Parlement avec son somptueux double escalier de 96 marches tendues de velours rouge et les emblèmes de la nation : la croix et la double couronne du premier monarque hongrois, le roi Etienne. 

Eglise Mathias, aussi appelée Eglise du couronnement

Les lieux de culte valent la visite. Nous avons ainsi découvert à Buda la richesse ornementale de l'église Mathias datant du XVème siècle. Sous les ors de ses murs nous avons pu imaginer le faste du couronnement de l'empereur François-Joseph et son épouse Elizabeth dite Sissi, au son de l'orgue joué par Liszt. A Pest, nous avons découvert la basilique Saint-Etienne, la plus grande de la ville, imposante par son style néo-classique et abritant les reliques de la saint Dextre du roi Etienne. La grande synagogue, la plus grande du monde après celle de New-York, reconnaissable par ses deux tours à bulbe de style mauresque, vaut aussi le détour. Liszt et Saint-Saëns y ont joué de l'orgue et le musée attenant est intéressant.

Sissi

Deux musées ont retenu notre attention : la Galerie Hongroise, dans le château de Buda, où on peut découvrir et admirer les artistes hongrois comme Ripple-Ronai Joseph, le nabi hongrois, ou Munkacsy Mihaly.

Le musée des beaux-arts, quant à lui, propose de superbes tableaux de Goya, Vélasquez, Van Dyck et aurait mérité une plus ample visite !

N'oublions pas non plus les bains, ces fameux bains de sources chaudes : personne ne nage mais, toutes générations confondues, on s'assied, on papote et on passe d'un bassin à l'autre, de l'intérieur à l'extérieur. Oui, l'après-midi passé aux bains Szechenyl restera dans nos mémoires 

Le séjour a comporté aussi des moments forts : la promenade en bateau, le soir, sur le Danube où tous les monuments brillamment éclairés s'offrent aux regards ; le concert de grande qualité à l'académie de musique où l'orchestre symphonique de la radio hongroise nous a régalés de deux symphonies de Schubert et que dire du dîner au son de la musique tzigane, le dernier soir ?

Ainsi, ce fut un séjour dont chacun se souviendra : notre guide, Erika, était aussi charmante que cultivée, le groupe convivial, sympathique et agréable ; enfin, Budapest, tampon entre Orient et Occident, ville chargée d'histoire, si souvent envahie, dominée, blessée mais éprise de liberté, Budapest mérite qu'on s'y arrête !

Compte -rendu : Nicole Labbe

Photos : Corinne Bordas