«  Marc Chagall et l’avant-garde russe »

Une sélection de 150 œuvres, illustrant l’art russe avant et après la Révolution soviétique, à travers la peinture mais aussi la photographie et le cinéma .


chagall.jpg

Chagall, un peintre “ivre d’images”

A événement exceptionnel,
affluence exceptionnelle;
les deux visites guidées,
organisées par Caroline ont à
peine suffi à répondre à la
demande des Lycéennes!
Il faut dire que l’exposition Chagall et
l’avant-garde russe est tout à fait exceptionnelle,
tant par le thème retenu, que
par la délocalisation à Grenoble, après
Tokyo et avant Toronto, ou par le choix
délibéré de la période présentée.
Lorsque le Centre Pompidou s’invite à
Grenoble, les amateurs de peinture se
pressent.
Né à Vitebsk en Biélorussie, issu d’une
famille pauvre juive hassidique, aîné de
neuf enfants, Chagall cumule de nombreux
handicaps pour assouvir sa passion
du dessin et de la couleur. Mais la
bourse modeste d’un mécène russe, lui
permet de s’installer à Paris en 1911,
où il rencontre de nombreux novateurs
comme Cendrars, Apollinaire, Robert
et Sonia Delaunay.
Tout au long de sa vie, il est partagé entre
la tradition juive, dont il est profondément
imprégné, et lamodernité à laquelle
il aspire avec d’autres, commeMatisse,
Kandinsky, Gontcharova ou Larionov. Il
sait, cependant, restituer unmonde intérieur,
à la fois riche et coloré, qui fait
référence à son univers d’enfant. Un village
d’enfants, proposé par le musée aux
scolaires, qui l’ont décoré, fait écho, par
ses couleurs et sa créativité à cet aspect de
sa personnalité.
La volonté de construire un monde
nouveau, qui est le propre du bouillonnement
culturel de l’époque, se matérialise,
dans cette exposition, par la reconstitution
du Club ouvrier, présenté à l’Exposition
des arts décoratifs de la ville de Paris en
1925. C’est un lieu d’information, symbolique
de la culture socialiste.
Quelques tableaux retiennent plus particulièrement
l’attention comme: Le Père,
Le Mort, La Noce, Le Marchand de bestiaux,
En avant, en avant.
« Ces compositions métaphoriques
révèlent un contenu spirituel
et émotionnel intense ».
Ce sont « des arrangements
d’images intérieures qui [le] possèdent
». Ils traduisent toute la
passion et la complexité de
l’âme juive russe tiraillée entre
désespoir et enthousiasme,
tradition et révolution!
On peut faire une place particulière
à l’oeuvre Double portrait
au verre de vin (ci-contre)
qu’ont choisie les conservateurs
pour la plaquette de
l’exposition. Chagall, juché
sur les épaules d’une Bella
particulièrement sensuelle,
lève son verre à l’enfant
annoncé. Facétieux, il lui
occulte un oeil, comme un chagall.jpg
clin d’oeil au spectateur.
Mieux qu’un long discours,
ce tableau résume sa passion
pour la femme, pour la couleur
et pour la vie!
Danièle Vandenbussche


l_ecriture.jpg

Conférence-déjeuner "l'aventure de l'écriture"

Par Hélène Armand, au travers de son expérience de journaliste, pigiste et écrivain.
l_ecriture.jpg


le_genie_de_l_orient.jpg

Journée-rencontre avec le club de Lyon

11h : Exposition « Le Génie de l’Orient » au Musée des Beaux-Arts de Lyon :
Au cours du XIXe siècle, l’Europe découvre les arts de l’Islam dont nous sommes aujourd’hui les héritiers grâce aux voyages et expéditions, au développement de la photographie, aux expositions.

Déjeuner

15h à 17h : Balade guidée, à pied, de la Croix Rousse, par le dédale des Traboules jusqu’au Mur peint des Lyonnais célèbres.

le_genie_de_l_orient.jpg


De l’Islam aux Canuts : Retrouvailles à Lyon

A l’invitation de Christiane
Rolet et sous la houlette
de Sophie Genis, huit
Grenobloises ont rencontré une
« petite » douzaine de
Lycéennes lyonnaises dans le
jardin de l’ancien cloître du
musée, ce 21 avril dernier, par
une belle matinée printanière.
Nous allons toutes ensemble suivre la
visite guidée de l’exposition Le Génie
de l’Orient, l’Europe moderne et les arts
de l’Islam, au musée des Beaux-Arts.
Notre guide a bien su mettre en évidence
le rôle de l’art dans le monde
industriel du 19e siècle, et comment
tous les objets venant des arts de l’Islamont
alimenté la pensée des artistes
et collectionneurs à cette époque d’-
expansion coloniale.
Si à la fin du 18e siècle les oeuvres ne
sont que des documents étudiés scientifiquement,
leur dimension artistique
est vite prise en compte et influence le
monde artistique européen tout au
long du 19e, dans tous les domaines
de la décoration, de la peinture et architecture.
Plus récemment encore,
des peintres comme Matisse ou Paul
Klee y puisent aussi leur inspiration.
De traboules en escaliers
Après un agréable moment de papotages
au restaurant réservé par Sophie,
nous attendait à la Croix-
Rousse une nouvelle guide qui nous
explique, avec beaucoup de détails
plus intéressants les uns que les autres,
la vie des Canuts.
La longue descente du boulevard de
la Croix-Rousse jusqu’au quai de la
Saône, nous fait découvrir de traboules
en escaliers, de cours d’immeubles
en petites places, la vie des
ouvriers de la soie, les Canuts, aux
18e et 19e siècles. Bien sûr l’histoire
contée rend hommage aussi aux
hommes célèbres de cette époque
comme Jacquard, l’inventeur du
métier à tis-ser à cartes perforées, ou
le général Claude Martin qui,
célèbre, après sa mort, donnera son
nomà plusieurs lycées dont LaMartinière
ou le comte Hilaire de
Chardonnet, inventeur de la soie artificielle.
Près du quai Saint-Vincent, la visite
se termine devant la fresque des Lyonnais
célèbres, trompe-l’oeil où
Mourguet nous montre son Guignol
mais Saint-Exupéry ne regarde que sa
rose…
Après nos remerciements à Christiane
Rolet et à Sophie, nous avons
quitté Lyon en nous faufilant dans les
bouchons, il était déjà 18h passées!
Cette rencontre nous a permis, encore
une fois, de consolider nos relations
amicales.
Danièle Arnaud-Richard


akhenaton.jpg

Akhenaton, homme de lumière

Le pharaon Akhenaton,
descendant de la XVIIIe
dynastie fut-il un visionnaire,
un fou, un homo,
un iconoclaste?
Le docteur Keddari, ami de Clotilde
Munch et égyptologue passionné, nous
répond par un film lumineux lors de sa
conférence du jeudi 7 avril; défilent sur
fond d'écran des images de la Bible de
Chagall et pour nos oreilles la
merveilleuse musique de François-René
Duchable.
Las de la suprématie du clergé d'Amon,
tout puissant, il impose Aton comme
dieu unique en expliquant l'univers à
partir d'un principe unique à la fois
physique et spirituel: la lumière. Il transmet,
avec sa femme Néfertiti, sa doctrine
oralement, le clergé c'est lui! Il
s'installe entre la Haute et Basse
Egypte à Tell el Arma. Mais, cantonné
dans sa ville, il ne devient pas le
prophète de toute l'humanité et le
clergé d'Amon reprendra ses droits. Il
meurt durant les vendanges de l'an
17, atteint par la maladie de Marfas
(hyperlaxité des membres)
A-t-il été l'inventeur ou le précurseur
du monothéisme? En fait Aton n'est
en rien transcendant, il n'est pas dieu,
c'est presque une religion sans Dieu
une philosophie purement naturaliste
et il est impropre de parler de
monothéisme.
Marie-Françoise Paturle akhenaton.jpg


Quand l’addiction devient prison

Le docteur Philippe Arvers,médecinmilitaire et addictologue,
est venu nous exposer, lors d’un
déjeuner-conférence au Fantin-Latour,
le résultat de ses travaux sur les
méfaits des différentes drogues.
L’addiction peut être définie comme la
mise en esclavage d’un individu, dans
l’incapacité de s’abstenir de
ce qu’il sait nocif pour lui.
Ce qui a déclenché ses recherches,
c’est la mise en
cause par Gainsbarre de
l’Armée, qu’il tenait pour
responsable de ses errements
et de ses apprentissages
destructeurs.
La dépendance est toujours
le fruit d’une rencontre
entre un produit, un individu
et un environnement.
Elle est fonction de la vulnérabilité
de la personne,
de la nature du produit et
de la fréquence de l’exposition.
Si les mécanismes et les manifestations
de l’addiction sont assez bien connus,
plus difficiles à préciser sont les
conduites adaptées et efficaces face à une
telle situation. L’entourage se sent souvent
démuni et l’intervention des
proches est perçue comme inopportune.
De plus, elle s’avère souvent contreproductive.
Pour être efficace, il faut réussir
à déclencher une saine colère chez la personne
dépendante et la sortir de sa passivité.
Une autre option serait de pointer le
décalage entre le discours et le comportement.
Mais c’est là, affaire de spécialistes,
et le suivi s’inscrit nécessairement
dans le long terme.
Une exposition précoce aux différentes
drogues, et en particulier à
l’alcool, augmente de façon
sensible le risque de dépendance,
c’est une information
intéressante à diffuser aux
parents.
En cas de besoin vous pouvez
contacter ce chercheur à
l‘adresse suivante: p.arvers@
free.fr.
En ce qui nous concerne,
nous nous en tiendrons à la
seule addiction bénéfique :
l’addiction au Lyceum !
Danièle Vandenbussche