Amsterdam

Parlons d'abord du Rijksmuseum et de Vermeer.

L'Exposition Vermeer au Rijksmuseum

Dès l'entrée au musée, la Jeune Fille à la Perle nous dévisage de son regard en coin. C'est la plus connue des héroïnes de Vermeer, mais elle n'est pas la seule à vivre sa vie sous nos yeux, l'une lisant, d'autres jouant du clavecin, brodant, écrivant ou s'activant à la cuisine comme "la Laitière".

Vous verrez, avec le lien ci-dessous, la totalité des œuvres de Vermeer dont la plupart, 28 sur 37, prêtées par le monde entier, sont actuellement exposés au Rijksmuseum. En cliquant sur chaque titre, les tableaux apparaissent, suivez ensuite la flèche. 

https://www.cineclubdecaen.com/peinture/peintres/vermeer/vermeer.htm

Rembrandt

Le Rijksmuseum comporte une aile Rembrandt que nous ne pouvions ignorer. On y trouve les plus célèbres tableaux du peintre et en particulier la Ronde de nuit qui est protégée par une cage en verre.

Visite de la maison de Rembrandt

Le peintre y vécut pendant 20 ans, de 1639 à 1659.

Lorsqu'il s'est retrouvé ruiné en 1656, un inventaire de ses biens fut  réalisé pour leur vente. Cet inventaire a permis de reconstituer sa maison telle qu’elle était à l’époque. On y découvre ainsi

Ses collections, son atelier, la façon dont il préparait ses couleurs

Un lien sur la technique du peintre : https://lewebpedagogique.com/khagnehida/archives/822

Visite d'un autre sanctuaire pictural : le musée Van Gogh

Quelques renseignements sur le Musée Van Gogh, le peintre et ses œuvres :

https://www.vanupied.com/amsterdam/musee-amsterdam/musee-van-gogh-a-amsterdam.html


"La tragédie des Romanov"

Madame D. du Fresnel a longtemps été conservatrice et directrice des bibliothèques de Sciences-Po Bordeaux. Elle  fut aussi chargée d'enseignements à Sciences-Po, et aux universités Bordeaux III et Bordeaux IV.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs ouvrages, dont Le Dernier Joyau des Romanov, publié en 2018. Il s’agit d’une fiction historique située à l'époque du renversement de la monarchie russe.

1 _ Les Tsars

Pour débuter sa conférence, Monique D. du Fresnel cite une phrase de Madame de Staël : "En Russie, rien n'est secret, tout est mystère".

En effet, beaucoup de mystères entourent le règne des Romanov qui dura plus de trois siècles, et surtout la fin du dernier tsar et de sa famille. Ces mystères ont fait naître maintes spéculations et théories plus ou moins crédibles.

La dynastie Romanov commence à s'illustrer en 1613, avec le couronnement de Michel 1er, fondateur de la dynastie, et se termine avec l'assassinat de Nicolas II en 1918.

Entre ces deux dates, d'autres tsars ont laissé leur empreinte dans l'histoire de la Russie, notamment Pierre 1er, dit  Le Grand (surnommé ainsi en raison de sa taille - il mesurait 2 mètres) qui régna de 1682 à 1725 et œuvra durant son règne à la modernisation de la Russie. Sa politique expansionniste et ses réformes ont fait de la Russie une puissance européenne.

Citons aussi Catherine II, princesse d'origine allemande, qui épousa le tsar Pierre III, un faible d'esprit, et devint impératrice à la mort de celui-ci en 1762. Devenue chef d'état, Catherine II aura à cœur de poursuivre la politique des tsars visant l’expansionnisme et la modernisation de la Russie. 

Enfin, Alexandre 1er, contemporain de Napoléon 1er. Petit-fils de Catherine II,  il régna après la mort de son père assassiné en 1801.

La famille Romanov actuelle descend, elle, de Nicolas 1er : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Ier_(empereur_de_Russie)

Ici, le tableau de la dynastie des Romanov :

Le tableau projeté par notre conférencière est un peu flou en photo, mais indique, avec des croix, les nombreux membres de la dynastie qui sont  morts assassinés

Au début du XXème siècle, la Russie est un immense pays qui inclut la Finlande et la Pologne et s'étend sur 22 millions de kilomètres carrés, soit 44 fois la taille de la France. En 1913, elle compte 170 millions d'habitants, dont 70% vivent dans la partie occidentale du pays.

Il existe alors une très grande disparité entre les paysans et la classe aisée. En fait, il n'y a  pas de classe intermédiaire. Le servage a été officiellement aboli en 1861 mais cette réforme n'a eu qu'un impact limité et nombre de paysans restent encore sous le joug de leur ancien statut.

Grâce notamment à la vente des emprunts russes sur les marchés financiers de nombreux pays (la France a donné 11 milliards d'or pour les emprunts), la Russie est en plein développement économique, avec la construction du transsibérien et l'activité de fonderie des usines Poutilov installées à Saint-Pétesbourg.

Usine Poutilov
Construction du transsibérien

                 

2 _ La dernière famille impériale

Le tsar Nicolas II et la tsarine Alexandra (petite-fille de la reine Victoria qui l'a élevée) forment un couple uni et aiment profiter de leurs enfants, les princesses Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsarévitch Alexis, malheureusement atteint d'hémophilie.

La tsarine, née Alix de Hesse-Darmstadt, est une femme triste en raison de la maladie de son fils dont elle se sent responsable, le gène de l'hémophilie étant issu de la famille royale d'Angleterre dont elle descend par sa mère. Elle est mal aimée par le peuple russes à cause du mal dont souffre le tsarévitch et de l'influence qu'exerce sur elle le "moine" Raspoutine. 

Le tsarévitch est un enfant très intelligent mais malade et souffreteux. Il est souvent fait appel à un marin pour le porter car ses jambes le font souffrir. 

Nicolas II, né en 1868 devient tsar à la mort de son père en 1894. Il est cousin germain du roi d'Angleterre à qui il ressemble étonnamment.

Le tsar de Russie Nicolas II avec le futur roi George V d'Angleterre

3 _ La fin des Romanov

Plusieurs événements ont contribué à créer un climat de conflit en Russie en ce début de siècle : 

- le 28 juin 1914, l'assassinat du duc François-Ferdinand et de son épouse à Sarajevo est le point de départ de la guerre. 15 millions d'hommes russes sont sur le front de l'est et subissent défaite sur défaite, notamment en raison d'une pénurie d'armes.

- Raspoutine et Lénine

Parti sur le front, le tsar a confié le gouvernement de la Russie à sa femme. Celle-ci est influencée par le "moine" Raspoutine qui prétend guérir l'hémophilie du tsarévitch Alexis et profite de la crédulité de la tsarine en se rendant indispensable.

Lénine, chef exilé d'un petit parti révolutionnaire russe, revient clandestinement en Russie, aidé par les allemands, dans le but de provoquer une guerre civile qui balaiera définitivement l'empire des Romanov.

En 1917, à Saint-Pétersbourg, le peuple a faim et réclame du pain. Nicolas II étant retenu sur le front, on lui demande d'abdiquer, ce qu'il accepte, en faveur de son frère Michel Romanov. Celui-ci, banni à cause d'un mariage considéré comme une mésalliance, revient à Moscou. Il ne régnera que 24 heures, puis refuse le pouvoir devant la révolte qui gronde et l'ampleur de la tâche qui l'attend. 

Nicolas II est donc prié de revenir en Russie, ne sachant pas trop quel va être son sort. Il voudrait gagner l'Angleterre comme plusieurs membres de la famille impériale l'ont déjà fait, mais ses filles tombent malades, il lui faut donc attendre... Il est alors décidé d'envoyer la famille vers l'est.

La guerre civile a déjà commencé. Certains territoires, Pologne, Roumanie, réclament leur indépendance (cela sera fait en 1918 par le traité de Brest-Litovsk). Les bolcheviks n'ont encore qu'un petit territoire par rapport au reste de la Russie. Le ministre-président du gouvernement provisoire russe révolutionnaire, Alexandre Kerinski, décide d'envoyer la famille impériale à Tobolsk en Sibérie. Elle y restera de juillet 1917 à avril 1918. Les conditions de séjour sont spartiates, seuls quelques serviteurs accompagnent le tsar et sa famille, mais ces derniers ne semblent pas trop souffrir de l'exil imposé.

En octobre 1917, l'arrivée de Lénine au pouvoir va durcir la situation. En mai 1918, Les Romanov partent pour Iekaterinbourg, dans l'Oural, accompagnés de soldats et de quatre serviteurs (dont un médecin). Ils sont alors enfermés à la maison Ipatiev. Le confinement est traumatisant : les soldats qui les gardent ont ordre de ne pas sympathiser avec les membres de la famille, ils sont surveillés nuit et jour, des soldats montent la garde même dans leur chambre et les accompagnent partout où ils se déplacent... y compris aux toilettes. 

Le bolchevick Iakov Iourovski  a les prisonniers sous sa responsabilité. Dans la nuit du 16 au 17 juillet, sous les ordres de Lénine, il les fait descendre à la cave et leur lit  leur condamnation à mort. Ils sont aussitôt exécutés par balle et achevés à coups de baïonnette. Leurs serviteurs subiront le même sort. Les corps seront ensuite transportés en camion, brûlés à la chaux et jetés dans un trou recouvert de bardeaux de bois à l'endroit nommé « Le bois des Quatre Frères ».

Des années plus tard, Boris Eltsine fera démolir la maison Ipatiev qui était devenue une curiosité touristique et une église sera construite sur le site. C’est l'église de Tous les Saints devenue l'église du Sang Versé, en référence au martyre de la famille impériale.

D'autres membres de la famille Romanov auront eux aussi des morts violentes :

-Serge Alexandrovitch, fils de l'empereur Alexandre II, mort dans un attentat en février 1905

- Michel Romanov, le frère du tsar, assassiné par la Tchéka en juin 1918, en même temps que son secrétaire Johnson.

- Elisabeth de Hesse-Darmstadt, épouse de Serge Alexandrovitch  et sœur de la tsarine, assassinée en juillet 1918 à Alapaïevsk, son corps jeté dans un puits de mine.

4 _ Les "survivants" du massacre

A la suite du massacre de la famille impériale, de nombreuses énigmes se posèrent en raison de personnes prétendant avoir survécu au carnage.

-  Anastasia : en1920, une femme se jette à l'eau à Berlin. Repêchée et hospitalisée sous le nom d'Anna Anderson, elle prétend être l'archiduchesse Anastasia. Certains membres de l'entourage de la famille impériale disent la reconnaître, mais pas sa grand-mère, ni Pierre Gilliard, le précepteur suisse chargé de l'éducation des enfants Romanov depuis 1904.

Anna Anderson, personne psychiquement instable, déclenche plusieurs procès jusqu'à ce que l'on se rende compte qu'elle est en fait polonaise. Elle épousera finalement un universitaire américain. Le cinéma trouvera dans l'affaire Anderson une mine d'inspiration et plusieurs films furent tournés sur le thème.

-  Olga : dans les années 50 la polonaise Marga Boods, inspirée par l'affaire Anastasia,  prétendit être la grande duchesse Olga

- Tatiana : parmi les 30 personnes qui se sont autoproclamées être Tatiana, la plus connue est Marguerite Lindsay, ancienne danseuse à Istanbul qui avait épousé le caporal Lindsay.

- Maria : apparue en Afrique en 1954, Alinas Karamidas, mariée à un grec, se disait originaire de Russie et prétendait que sa famille de haut rang avait été assassinée. 

- Alexis : près d'une centaine d'individus se sont fait passer pour Alexis. Le plus célèbre est Vassili Filatov qui prétendit avoir échappé au massacre. Il n'était pas hémophile mais présentait des symptômes similaires à cette maladie. Adopté par une famille, il devint professeur de mathématiques. Persuadés de la véracité des faits, ses enfants ont fait de nombreuses recherches.

Un autre imposteur, Alexis Brimeyer, de nationalité belge, prétendait être le petit-fils de la grande duchesse Maria qui aurait été épargnée lors du massacre. En 1982, il publia même un livre : Moi, Alexis, arrière-petit-fils du tsar. 

- Le chien Joy : il s'est échappé avant le massacre. Revenu 2 ou trois jours après, il fut adopté par un marin britannique et est enterré dans le parc de Windsor. 

5 _ Le Vatican s'en mêle :

En 2012, on découvre dans les archives du Vatican, le journal d'Olga Romanov, écrit en 1954. Cette découverte relance l'hypothèse que les enfants du tsar auraient échappé au massacre. Olga et Maria ont une pierre tombale à leur nom et le pape leur aurait versé une rente...  Voilà de quoi donner du grain à moudre à l'historien Marc Ferro, auteur d'un livre paru en 2012 : La Vérité sur la Tragédie des Romanov dans lequel il soutient que la tsarine et ses filles ont survécu.

Malgré tout, le rapport de Yourovski sur l'assassinat de la famille fut retrouvé en Russie sous les soviétiques. Des fouilles furent entreprises dans les bois et des dépouilles déterrées. Pour s'assurer que les restes découverts étaient bien ceux de la famille impériale, des échantillons d'ADN de plusieurs têtes couronnées, liées de près ou de loin à la famille du tsar, ont été analysés, dont ceux du prince Philip d'Edimbourg qui était un petit-neveu de la tsarine. Le résultat des tests étant positifs, Boris Eltsine ordonna, en 1998, de procéder à l'enterrement des restes. L'inhumation eut lieu en grande pompe à Saint-Petersbourg et une foule immense marcha à pied jusqu'à l'église commémorative.

6 _ Les prétendants à la succession des Romanov :

-Le grand duc Andreï Andreïevitch de Russie, né en 1923 et décédé en 2021 était considéré par les monarchistes russes comme le chef de la maison impériale. 

-Olga Andreïevna, née en 1950, demi-sœur du prince Andreï et chef de l'Association de la famille Romanov descendant par lignée masculine de l'empereur Nicolas 1er.

- Maria Vladimirovna Romanova, né en 1953, cousine d'Andreï, est également prétendante au trône. 

- George Romanov ou Georges de Hohenzollern, né en 1981 : apparenté par sa mère à la famille impériale de Russie

Tous les descendants des Romanov ne sont pas cités ci-dessus. Ils vivent dans le monde entier et restent attachés à leur statut de prince et princesse et à leur héritage familial, même si la restauration de l'empire russe est une chose désormais impossible.


« Elles sortent de leur(s) Réserves(s) »

L'affiche de l'exposition est  ornée d'un tableau peint sur porcelaine par Domenica Monvoisin, peintre franco-italienne qui date de 1855. L'artiste est peu connue, et pourtant ce ravissant portrait qui représente une prêtresse d'Ischia fut légué au musée en 1882.

Dès le départ, notre regard est attiré par une tapisserie en laine de Victoire-Elisabeth Calcagni, intitulée Les Pélerins d'Emmaüs

Peintre d'origine dacquoise (1899-1969), amie de Roger Bissière, rappelons que Victoire-Elisabeth Calcagni a la particularité d'avoir fait partie du Lyceum-club de Bordeaux.

A l'occasion de cette exposition, plus d’une soixantaine d’œuvres d'artistes-femmes ont donc quitté leurs réserves, représentées sur ce tableau.

Pour la majorité d’entre elles, ces œuvres sont rarement sorties de leur casiers. Elles viennent aujourd'hui témoigner du talent de leurs créatrices sous la forme de peintures, dessins, estampes, photos, céramique, sculptures ou tapisseries.

Certaines de ces artistes sont célèbres :

Mary Cassatt
Berthe Morisot 
Marie Laurencin

 

D'autres sont moins connues des non initiées, mais les œuvres exposées, quelle  que soit la renommée de leur auteure, nous rapprochent de ces femmes et du travail qu'elles ont fourni pour imposer leur personnalité dans le milieu artistique  trop souvent dominé par les hommes.

Classée par thème, l'exposition évoque :

-  L'ENFANCE, tel ce portrait de deux jeunes ramoneurs peint en 1830 par Sophie Feytaud

- LES BETES, comme cette tête de cheval de Rosa Bonheur 

- LA NATURE avec, entre autres, cette œuvre intitulée  Ave Printemps peint en 1911 par Marie Annaly-Lourse :

ou ce Paysage aux deux maisons d'Henriette Lambert (1991)

- LES FLEURS, telles ces beaux Eglantiers en fleurs de Jeanne Amen (1919)

- LA NATURE MORTE : Les Belles d'Argenteuil de Berthe de la Baume (1908)

- L'HISTOIRE : Buste de Napoléon par Azalaïs Marie-Louise Lefèvre-Deumier

- La NUDITE où figure cette belle baigneuse de Clémentine-Hélène Dufau, acheté par le musée en 1905

- LE VISAGE HUMAIN avec ce portrait de femme de Mary Cassatt

Ou celui d'une vieille bordelaise en coiffe du quartier Saint-Michel (très belle coiffe plissée typique des bordelaises de l'époque !) peint au XIXème siècle par Céleste Mingaud

Enfin l'ABSTRACTION où est classée cette Ville Labyrinthe aux magnifiques couleurs de Suzanne Martin achetée par la Ville en 1971:

En ouvrant le lien ci-dessous, vous pourrez voir et écouter Sophie Barthélémy, directrice du Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, exposer le but et l'élaboration de cette belle exposition qui est un événement artistique important pour la ville de Bordeaux.

https://www.youtube.com/watch?v=Ap0xFV3FLMM

Visite de la synagogue de Bordeaux

https://m.bordeaux.fr/fr/synagogue

Nous pénétrons dès l'entrée, dans un grand espace à ciel ouvert.

C'est ici que se déroule, entre autres, au mois d'octobre la grande fête de soukkot ou fête des cabanes.

Nous visitons d'abord la petite salle de la synagogue, utilisée pour la prière pendant les jours de la semaine où l'affluence est peu nombreuse. Quelques fidèles y sont présents.

Puis, c'est dans la grande salle de la synagogue que nous introduit notre guide. Le lieu est imposant, nous y admirons le chandelier à 7 branches des hébreux ou menorah  dont la construction fut prescrite dans le Livre de l'Exode.

https://www.o-judaisme.com/blogs/salle-de-lecture/chandelier-juif-la-menorah

C’est le plus vieux symbole du judaïsme, mais également le plus important, bien avant l’étoile de David

https://www.o-judaisme.com/blogs/salle-de-lecture/chandelier-juif-la-menorah

C’est le plus vieux symbole du judaïsme, mais également le plus important, bien avant l’étoile de David. En effet, l’étoile de David existait en tant que symbole dans  d'autres cultures et religions millénaires avant d'être tardivement associée au judaïsme.

Les femmes, lors des cérémonies, ne sont généralement pas admises parmi l'assemblée des hommes et occupent les galeries supérieures. Dans la synagogue de Bordeaux, elles peuvent cependant s'asseoir au fond de la salle où quelques rangées de chaises leur sont réservées.

Cette séparation hommes/femmes est une réminiscence de l'époque très ancienne où fut détruit puis reconstruit le temple de Jérusalem. Le nouveau temple devint alors un lieu de rencontre où les deux sexes se donnaient rendez-vous pour faire la fête...Ces manifestations furent jugées trop licencieuses par les autorités religieuses et les dames priées de rester sagement à l'écart pour ne pas troubler le recueillement nécessaire à la prière.

Nous montons sur la galerie. A l'étage des femmes, la vue est plongeante sur la grande salle,  sur la menorah et sur les tentures rouges ou Parokhet qui dissimulent l'arche sainte où se trouvent les rouleaux de la Torah.

Ci-dessous quelques réflexions sur la question de cette ségrégation hommes/femmes: 

https://www1.alliancefr.com/actualites/delphine-horvilleur-la-separation-dans-la-synagogue-entre-hommes-et-femmes-na-pas-toujours-existé-6033732

Nous posons à notre guide quelques questions, notamment sur la conversion à la religion juive, qui suppose un engagement sérieux du candidat à la conversion  :

https://www.consistoire.org/conversion/

ou sur la préparation des enfants à la Barmitvsa qui est l'équivalent du catéchisme pour les enfants catholiques :

https://ajtm.info/souccot-1-1#:~:text=La%20pr%C3%A9paration%20%C3%A0%20la%20bar,h%C3%A9breu%20et%20de%20la%20liturgie.

Certaines sont aussi curieuses de savoir pourquoi les juifs se balancent pendant la lecture des textes, mais, d'après notre guide, il semble que l'origine de cette coutume, très ancienne elle aussi et appelée shoklen ne soit pas très clairement définie :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Parokhet

Les juifs sont présents à Bordeaux depuis les débuts du moyen-âge.

D'anciens textes attestent leur présence dans la ville dès le VIème siècle et les noms de la rue Judaïque et de la Porte Dijeaux (déformation supposée de Porte des Juifs) prouvent l'existence d'une communauté juive depuis une époque très ancienne. 

Mais c'est surtout au moment des inquisitions espagnoles et portugaises à la fin du XVème siècle que de nombreux juifs chassés, comme les musulmans, par Isabelle la Catholique et le roi Manuel du Portugal affluèrent à Bordeaux, comme à Bayonne, Biarritz et d'autres villes du Pays Basque et des Landes. Ces villes furent élues par les immigrés en raison de leur proximité frontalière avec la péninsule ibérique.

Au XXème siècle, l'indépendance de l'Algérie verra l'arrivée à Bordeaux, comme partout en France, des juifs rapatriés, eux aussi le plus souvent de racines séfarades.

L'étage est consacré à une exposition de panneaux, souvenirs de l'exode, de la traque et de la déportation des juifs

Sur le mur de la synagogue figure la plaque commémorative de tous les juifs raflés pendant la dernière guerre :

Après cette visite très instructive où nous avons appris des détails que nous ignorions sur la religion juive, nous gagnons la salle de restaurant de la synagogue où nous sommes attendues pour le déjeuner.

Le vin, comme les plats,  y est casher, évidemment.


Rosa Bonheur

Jeudi 17 Novembre 2022,  conférence de Madame Patricia Bouchenot-Déchin, historienne, autrice de nombreuses biographiesdont celle d’André le Nôtre, elle est conseillère scientifique chargée de la restauration du parc du château Rosa Bonheur à Thomery, près de Fontainebleau.

Rosa Bonheur

D'origine bordelaise, personnalité paradoxale : extrêmement connue à son époque, à redécouvrir aujourd’hui, une femme qui voulait les mêmes droits que les hommes, une passionnée du monde animal et du paysage si bien retranscrit dans ces peintures.

Ces thèmes sont à la fois d’une grande actualité, ils sont aussi ceux qui ont été défendus par la fondatrice du Lyceum-club international, Constance Smedley, à pareille époque. Mme Bouchenot-Dechin nous dévoile cette proximité intellectuelle entre Rosa Bonheur et Constance Smedley,.

Cette conférence complète la visite des œuvres présentées au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux été 2022.

Jeudi 8 mai, nous étions une vingtaine de lycéennes, et quelques maris,  réunis à la Galerie des Beaux-Arts, autour de notre guide Isabelle Beccia.

Nous y avons découvert la magnifique exposition des oeuvres de Rosa Bonheur, la célèbre peintre animalière.


« Contes au pays d’Arcadie »

« Contes au pays d’Arcadie »

Selon la légende, les Arcadiens furent les premiers habitants du Péloponnèse/, vivant simplement, en harmonie avec la nature ; ils incarnent un âge d’or qui inspira nombre de poètes (Théocrite, Virgile), musiciens (Debussy) et peintres (Nicolas Poussin, Watteau, Boucher, Fragonard).

Ces œuvres ont inspiré les patients et les soignants d’un hôpital et d’un CATTP de la région qui, lors d’ateliers d’écriture, ont inventé deux contes que nous avons pu écouter à l’aide d’audioguides.

En somme, une exposition à voir et à écouter !...

Elle met en récit les aventures des personnages mythologiques, fantastiques et bien d’autres, peuplant les œuvres choisies, et revisite la légende des Arcadiens.

Conçue par le Service des publics, en partenariat avec le Centre hospitalier de Cadillac, elle réunit une quarantaine de peintures et d’œuvres graphiques de la collection permanente du musée pour une invitation à la rêverie poétique inspirée de la légende des Arcadiens.

Marchand d’images d’Alexandre Antigna

Dans l’Antiquité, les Arcadiens étaient considérés comme les premiers habitants des montagnes du Péloponnèse en Grèce, vivant de manière simple et rustique dans une nature pastorale idyllique. Ils incarnent un âge d’or auquel nous aspirons toujours. L’Arcadie, lieu de bonheur et de concorde, trouve sa première expression littéraire avec les Idylles du poète grec Théocrite (IIIe siècle av. J.-C.), qui décrit les charmes de la vie pastorale dans son île natale de Sicile. Les Bucoliques de Virgile, poète latin (Ier siècle av. J.-C.), font de même pour la campagne italienne deux siècles plus tard.

Au cours des siècles, poètes, écrivains, artistes, ont remis à l’honneur, comme alternative aux effets néfastes de la guerre, de l’ère industrielle et à l’arbitraire de la violence, le mythe antique et païen de l’heureuse harmonie de l’homme avec la nature. Ils rappellent que l’histoire du monde a commencé par un âge d’or et que l’Arcadie en était le pays d’élection. Les œuvres présentées dans l’exposition célèbrent l’attachement à la terre ancestrale et à ses beautés, l’évocation lyrique des amours et des amitiés et le pouvoir de glorification et d’enchantement de la poésie. Les histoires se nouent au cœur de paysages sereins, mais même dans un pays idéal, nul n’échappe au destin des mortels.

Jeanne Schnegg cousant, de Gaston Schneeg
Les Bergers d’Arcadie, d Alcide Girault, d’après Nicolas Poussin