Soirée oenologie "accord vins et fromages"

Les participantes du cercle oenologie ont eu le plaisir de se retrouver chez une de nos lycéennes.

Notre caviste oenologue leur a présenté six vins : quatre blancs (Chablis, Saint Peray, Santenay blanc, vin du Jura Savagnin), un rouge (vin d'Arbois) et un moelleux (Coteaux-du-Layon). Assortis à du valençay, du camembert, du munster, du comté, du morbier et de la fourme d'Ambert.

Cette soirée a été instructive, intéressante, mais aussi gourmande et très gaie!


Conférence : Afghanistan, le pays des rêves brisés

Une conférence passionnante a réuni les Lycéennes au Cercle Interallié, sur le thème de l'Afghanistan, exposant en particulier le sort des femmes Afghanes.

La conférencière, Margaux Benn, est grand-reporter au service international du Figaro et réalisatrice de documentaires. Elle a travaillé plusieurs années pour l'Agence France-Presse, et a aussi longtemps été journaliste indépendante en Afrique de l'Est et Centrale, ainsi qu'en Afghanistan, pour des chaînes télévisées, journaux, magazines et radios francophones et anglophones. Depuis février 2022 elle couvre la guerre en Ukraine, tout en continuant dès qu'elle le peut à se rendre en Afghanistan. En France, elle s'investit de manière bénévole dans des programmes d'éducation aux médias, et a cofondé le collectif Accueillir les Afghanes, qui milite pour que la France accorde l'asile systématique, en raison de leur genre, aux femmes désirant fuir le régime des mollahs. Son travail a été récompensé, entre autres, par le prix Albert-Londres, le prix Bayeux des correspondants de guerre, le prix italien Marco Luchetta, et une Étoile de la Scam. 

Margaux Benn, après un historique du retour des Talibans au pouvoir, a dressé la situation telle qu'elle existe aujourd'hui pour les femmes en Afghanistan : un recul immense des libertés, notamment celles des femmes et des jeunes membres de la génération ayant pu accéder à des études, des postes, rêves rendus accessibles par la démocratisation du pays post-2001 et les fonds considérables injectés par la Communauté Internationale pour des projets de développement du pays. Aujourd’hui, Human Rights Watch considère qu’en Afghanistan se déroule la plus grave crise du droit des femmes au monde.

Les secteurs de la recherche, de l’éducation, de la culture, des médias ont été anéantis. Destruction d’instruments de musique, décapitation de mannequins, plus de musique en voiture sur la route, barbes obligatoires pour les chauffeurs de taxi…

En novembre 2022, le chef suprême des talibans a ordonné aux juges d’appliquer la charia, et les exécutions et flagellations en public ont débuté.

L’essentiel des restrictions concernent les femmes.Les talibans ont supprimé presque toutes les institutions mises en place par le gouvernement précédent pour lutter contre les violences fondées sur le genre : restrictions vestimentaires ; pancartes sur les places publiques encourageant les femmes à porter la burqa. Des femmes et des filles accusées de porter des vêtements colorés ou des voiles pas assez couvrants ont été emmenées de force dans des véhicules de police et accusées de porter un « mauvais hijab » et détenues au secret dans des espaces surpeuplés dans les commissariats de police, ne recevant qu'un seul repas par jour, et certaines d'entre elles auraient été soumises à des violences physiques, à des menaces et à des intimidations. La libération des femmes ne se fait que si un membre masculin de sa famille fournit une assurance, souvent par écrit, qu'elles respecteront dorénavant le code vestimentaire prescrit par les Talibans.

Exclusion du monde du travail. Interdiction pour les femmes de voyager plus de 75Km sans un homme de leur famille proche, elles ne peuvent donc pas non plus prendre l’avion seules ou sans être accompagnées par un homme de leur famille proche. Interdiction pour les femmes de participer à des compétitions sportives, et même de pratiquer du sport de manière générale puisque même les gymnases leur sont aujourd’hui interdits

interdiction pour les femmes de conduire, de passer le permis, et même de s’asseoir à l’avant d’une voiture, même en tant que passagères. Etc, etc...

Et, bien sûr : l’Afghanistan est devenu le seul pays au monde à interdire l’éducation pour les filles au-delà de l’école primaire.

En ce qui concerne les garçons et les jeunes hommes: les programmes scolaires collent à la ligne talibane, et de nombreuses matières et sujets ne sont plus enseignés, remplacés par des cours de religion qui collent à la lecture ultra rigoriste du Coran des Talibans. RESULTAT : Toute une génération, voire deux puisqu’on parle d’enfants comme d’étudiants, n’a pas accès à l’éducation, et baigne dans un milieu empreint d’idéologie extrémiste. Après une période de 20 ans pendant lesquels garçons et filles pouvaient aspirer à des espaces de liberté.

Depuis le retour au pouvoir des Taliban, environ 500,000 Afghans ont fui le pays. D’abord, bien sûr, dans la folie qui a suivi immédiatement l’arrivée au pouvoir des Talibans ; Puis au compte-goutte, essentiellement vers l’Iran et le Pakistan.

Pour l’heure, le caractère particulièrement vulnérable des femmes afghanes seules, et la particularité des dangers qu’elles ont fui en Afghanistan en raison de leur genre, ne sont pas reconnus par les gouvernements étrangers ; Et les consulats sont dépassés.

Ce témoignage, très émouvant a fait prendre conscience de la vulnérabilité et des difficultés extrêmes des Afghans et encore plus, des Afghanes, qu'ils soient encore dans leur pays, ou dans un pays qui les a accueillis.


Vittore Carpaccio, Chantre de Venise

Le 23 janvier, dans le cadre des conférences d’histoire de l’art, en partenariat avec l’École de Printemps, Natacha Pernac, nous a fait découvrir les liens profonds unissant Carpaccio et la Sérénissime. Natacha Pernac est maître de conférence à l’Université Paris-Nanterre.

Vittore Carpaccio un des peintres les plus célébrés du Cinquecento vénitien, à côté de Bellini et de Giorgione, a légué à la postérité l’œuvre d’un observateur attentif et sagace de Venise et de ses habitants. Nous avons découvert des aspects méconnus de sa peinture et du lieu de son élaboration. Une magistrale leçon d’histoire de l’art qui donnait envie de retourner explorer la Lagune. Le bon dîner qui a suivi a été l’occasion d’échanger dans un cadre très apprécié.


Visite du Musée National de la Marine

Le 11 janvier, dans le cadre du programme "découverte" et accompagnées de la conférencière Catherine Coudert, nos Lycéennes ont fait une visite du musée National de la Marine à Paris, au Palais de Chaillot, qui vient de rouvrir après sept ans de fermeture. Ce musée a des antennes à Brest, Rochefort, Toulon, et Port-Louis.

Des oeuvres d'art, des maquettes, des pièces d'exception, des photographies... C"est un musée très riche avec des collections exceptionnelles, constituées dès 1752, et retraçant les histoires maritimes et navales françaises.

Le musée s'articule de manière thématique autour de plusieurs galeries présentant plus de 1000 pièces, toutes restaurées pendant la fermeture.

Le musée a développé un projet innovant pour faire de la visite une expérience sensible inspirée par l'océan : la création d'une signature olfactive maritime conçue par un maître parfumeur. L'architecture a également été repenséeavec des formes courbes et circulaires rappelant le mouvement de l'eau.


Bibliothèque nationale de France - Site Richelieu

Plus de 20 lycéennes et amies de notre Club ont suivi avec intérêt la visite guidée par Catherine Coudert qui nous a offert une soirée très variée par l'architecture, la décoration et les collections d’objets, de livres, de médailles, affiches, cartes et de manuscrits… il n'y a pas que des livres à la BNF !

Toutes plus surprenantes les unes que les autres, les salles ont un fond muséal exceptionnel qui a traversé le temps, les crises, les révolutions et guerres.

Alors promenons-nous dans les 7 salles

- la salle des colonnes (Fondation Levy) et les premières traces d’écrits et alphabets 

- le cabinet précieux (salle Sisley d’Ornano) et le trésor d’argenterie de Berthouville

- la salle de Luynes et ses collections d’antiquités dont 7000 monnaies

- la salle Barthelemy aux cabinets de présentation des collections de monnaies et médailles emblématiques

- Le salon Louis XV, « périod room » du siècle des lumières

- la Rotonde dédiée aux costumes du spectacle

- la sublime galerie baroque mazarin qui porte bien son nom de « galerie des trésors »

Et pour finir car c’est aussi une bibliothèque, la salle ovale où 20 000 ouvrages sont en libre accès.

Nous nous y retournerons car c'était trop court pour profiter de la magie du site magnifiquement restauré. 

Vous aurez compris, on a beaucoup aimé 


Soirée oenologique : à la découverte des vins du Beaujolais

Le mois de novembre étant celui du Beaujolais nouveau, le cercle œnologie du Lyceum est parti dans les collines des crus du Beaujolais et a dégusté, avec modération mais plaisir, plusieurs crus du Beaujolais choisis par notre caviste Aymeric Chauveau de Vignapart: 

  • Beaujolais blanc de Victor Sornin (parfait pour un apéritif entre amis)
  • Coeur de Regnié 2020 Domaine des Ronze (notre coup de coeur)
  • Brouilly les Pierreuses 2020  Domaine Dumas
  • Morgon La Benoîte 2020 de Jean-Philippe Guillot
  • Moulin à vent fût de chêne 2020 de Jean-Philippe Guillot (valeur sure)
  • Château de Poncié - Fleurie les Hauts de Py 2018 (notre préféré)

Derrière une apparente simplicité, la région ne travaillant que deux cépages: Chardonnay pour les blancs et Gamay pour les rouges, la dégustation a permis de découvrir des vins structurés, plus complexes que l'on ne pourrait le penser et très agréables avec le sympathique buffet préparé par l'hôtesse. Buffet de saucisson, jambon cru, terrine de lapin mais aussi verrines de poire et framboise. Une soirée "terroir" comme on on les aime.

A bientôt pour les meilleures alliances vins et fromages.


Miroir du monde- Chefs-d’œuvre du cabinet d’art de Dresde

Les cabinets de curiosités sont méconnus et pourtant tellement riches ! Véritables témoins du passé, composés d'objet plus étonnants les uns que les autres, ils ont été lancés par les princes électeurs du Royaume de Saxe. 

Cela permettait aux mécènes d'étaler leur puissance devant le monde avec une collection d'objets divers et variés allant des objets en porcelaine (pièces rares venant de Chine) aux globes terrestres ou de "simples" livres. 

L'exposition présente ces oeuvres artistiques et ethnographiques par thème, permettant un voyage progressif dans cet univers qui reste à découvrir.


Accueil des nouvelles Lycéennes

Depuis le début de l’année 2022, le club de Paris a eu le plaisir d’admettre 15 nouveaux membres. Ce nombre important est une belle reconnaissance du travail que fait le Conseil d’Administration pour développer le rayonnement de notre association. Mais l’arrivée de 15 nouveaux membres nous obligent aussi à repenser leur accueil en coordination avec leurs marraines dont le rôle reste primordial.

Avec le conseil d’administration, nous avons repensé la formule d’accueil en ajoutant au traditionnel déjeuner des nouvelles un temps de présentation des différentes facettes du club.

Nous avons donc invité les 15 nouvelles, leurs marraines et les responsables de cercle ayant de la place à une session d’information dans le bel amphithéâtre de l’Ecole Hôtelière Drouant. Pendant deux heures, Pascale Anderson Mair, secondée de Véronique Mattéoli et d’Isabelle Schlumberger, a présenté le club, son origine historique et le rôle de sa fondatrice Constance Smedley, l’organisation et les activités du club de Paris, le rôle de la fédération nationale et la dimension internationale incontournable du Lyceum.

Une place privilégiée a été donnée à tous les cercles et, en particulier, ceux ayant de la place. On sait que la participation à un ou plusieurs cercles facilite les liens dans le club et la variété des propositions a intéressé nos nouvelles adhérentes.

Cette présentation a été suivie du traditionnel déjeuner des nouvelles, cuisiné et servi par les élèves de l’Ecole Drouant.

Ce fut un moment aussi instructif que sympathique et sans aucun doute à renouveler compte tenu des retours positifs des unes et des autres.

Pascale Anderson Mair


Shocking, les mondes surréaliste d'Elsa Schiaparelli

Etonnant ! C’est par cet adjectif que l’on débute l’immersion dans le monde étourdissant d’Elsa Schiaparelli. L’élégance se dispute à l’étrange mais la couleur reste toujours au centre de l’univers de la créatrice. Ses œuvres d’art ont été portées par les plus grandes, mondaines comme la duchesse de Windsor, mannequins ou encore artistes tel Lady Gaga lors de la prestation de serment de Joe Biden. Elle a pu s’appuyer sur une multitude d’artisans pour créer la silhouette Schiaparelli : une tenue n’est complète qu’avec un chapeau, des gants et des bijoux. Toutes ces petites mains sont mises à l’honneur dans l’exposition au Musée des arts décoratifs. Tout autant que ses collaborations avec Cocteau, Dali, Picasso et tant d’autres qui sont d’éternelles occasions de repousser encore plus la définition de ce mot : shocking !

M.Thouard


bandeau musee de la chasse

Dans le cadre du parcours “A la découverte du Lyceum” était organisée la visite du musée de la Chasse et de la Nature qui a réouvert après deux ans de travaux.

Cette visite a permis de revoir les magnifiques salles de réception, de découvrir les nouveaux lieux d’exposition sous les toits, d’admirer les installations en ferronnerie (rampes d’escalier et lustres) et céramique, les tableaux contemporains de peinture à la cire.

Mais ce qui a le plus impressionné les 16 visiteuses lycéennes et amies, c’est le travail du carton, poétique, onirique et magique d’Eva Jospin. Ses œuvres sont impressionnantes par leur conception, leur taille, leurs détails et ne laissent pas indifférent. À voir absolument, c’est unique et époustouflant.

Bon sujet de conversation pour la dizaine de participantes qui ont ensuite dîné dans le quartier !

Pascale Anderson Mair