« Contes au pays d’Arcadie »

Selon la légende, les Arcadiens furent les premiers habitants du Péloponnèse/, vivant simplement, en harmonie avec la nature ; ils incarnent un âge d’or qui inspira nombre de poètes (Théocrite, Virgile), musiciens (Debussy) et peintres (Nicolas Poussin, Watteau, Boucher, Fragonard).

Ces œuvres ont inspiré les patients et les soignants d’un hôpital et d’un CATTP de la région qui, lors d’ateliers d’écriture, ont inventé deux contes que nous avons pu écouter à l’aide d’audioguides.

En somme, une exposition à voir et à écouter !…

Elle met en récit les aventures des personnages mythologiques, fantastiques et bien d’autres, peuplant les œuvres choisies, et revisite la légende des Arcadiens.

Conçue par le Service des publics, en partenariat avec le Centre hospitalier de Cadillac, elle réunit une quarantaine de peintures et d’œuvres graphiques de la collection permanente du musée pour une invitation à la rêverie poétique inspirée de la légende des Arcadiens.

Marchand d’images d’Alexandre Antigna


Dans l’Antiquité, les Arcadiens étaient considérés comme les premiers habitants des montagnes du Péloponnèse en Grèce, vivant de manière simple et rustique dans une nature pastorale idyllique. Ils incarnent un âge d’or auquel nous aspirons toujours. L’Arcadie, lieu de bonheur et de concorde, trouve sa première expression littéraire avec les Idylles du poète grec Théocrite (IIIe siècle av. J.-C.), qui décrit les charmes de la vie pastorale dans son île natale de Sicile. Les Bucoliques de Virgile, poète latin (Ier siècle av. J.-C.), font de même pour la campagne italienne deux siècles plus tard.


Au cours des siècles, poètes, écrivains, artistes, ont remis à l’honneur, comme alternative aux effets néfastes de la guerre, de l’ère industrielle et à l’arbitraire de la violence, le mythe antique et païen de l’heureuse harmonie de l’homme avec la nature. Ils rappellent que l’histoire du monde a commencé par un âge d’or et que l’Arcadie en était le pays d’élection. Les œuvres présentées dans l’exposition célèbrent l’attachement à la terre ancestrale et à ses beautés, l’évocation lyrique des amours et des amitiés et le pouvoir de glorification et d’enchantement de la poésie. Les histoires se nouent au cœur de paysages sereins, mais même dans un pays idéal, nul n’échappe au destin des mortels.

Jeanne Schnegg cousant, de Gaston Schneeg
Les Bergers d’Arcadie, d Alcide Girault, d’après Nicolas Poussin