Octobre 2022

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



MELBOURNE

Le Lyceum Club de Melbourne vient de se voir conférer par l’Etat de Victoria la très belle distinction d’Elément Du Patrimoine Culturel de l’Etat de Victoria » pour son rôle pionnier dans la promotion du statut des femmes diplômées.

Toutes nos félicitations au Club de Melbourne pour cette reconnaissance qui vient saluer les engagements et actions des clubs Lyceum.

Extrait de l’article dans la Newsletter du Club de Melbourne :

Chers membres,

Le 2 juin de cette année, le Conseil du patrimoine de l'État de Victoria a déterminé que le Lyceum Club revêtait une importance pour le patrimoine culturel de l'État et qu'il serait inscrit au registre du patrimoine de l'État. La base de cette reconnaissance est la suivante :

Le Lyceum Club est historiquement important en tant que plus grand club privé pour femmes de Victoria. Depuis sa formation en tant qu'organisation en 1912, le club a joué un rôle de pionnier dans la promotion du statut des femmes diplômées de l'université dans des sphères professionnelles dominées par les hommes.

Le Lyceum Club est rare dans le Victoria et en Australie, en tant que bâtiment conçu pour et par des femmes. Cette tradition de participation continue des femmes à la conception d'un même projet pendant des décennies a peu de précédents.

Le Lyceum Club revêt une importance sociale pour son association forte et durable avec ses membres à Melbourne et dans le Victoria, depuis 1912 et jusqu'à aujourd'hui. Bien que son profil public soit discret, la portée et l'influence du Lyceum Club à travers l'État sont vastes et intergénérationnelles, les membres se soutenant mutuellement dans leur progression de carrière, créant des réseaux professionnels et participant à des opportunités éducatives tout au long de leur vie.

Le Lyceum Club est historiquement important pour son association directe avec les membres et l'institution du Lyceum Club de 1912 à nos jours. Les membres du Lyceum Club comprennent des centaines de femmes éminentes qui ont façonné le cours de l'histoire de Victoria, y compris certaines des premières femmes professionnelles dans leur domaine.

Nous sommes fières d'avoir obtenu ce statut et cette protection importants pour le Club, qui permettent encore le développement du bâtiment, et nous continuerons à construire sur cet héritage remarquable pour les générations futures de membres du Lyceum.

Sandra Willis

 Directrice

Discours de la présidente du club de Melbourne dans lequel elle mène une réflexion sur le sens de clubs unisexe à notre époque :


CONGRÈS INTERNATIONAL RABAT

Congrès international mai 2022

Le Congrès triennal de l’Association Internationale des Lyceum clubs (AILC) a été accueilli au Maroc du 22 au 30 mai 2022 L’organisation en a été assurée par le Lyceum Club de Rabat.

Ce jeune club, premier créé au Maroc, est né grâce à l’initiative conjuguée d’une lycéenne française du club de Fontainebleau et de Selwa Chraibi, Présidente fondatrice. Il compte actuellement une cinquantaine de membres actifs.

 

 

Cette rencontre a rassemblé plus de 200 personnes, membres et accompagnants, venus des Clubs du monde entier. L’assemblée générale s’est tenue le 26 mai dans les salons de l’Hôtel Tour Hassan Palace.

 Au cours de cette réunion, riche d’échanges facilités par les traductions simultanées, ont été notamment adoptés les nouveaux statuts de l’AILC et le texte du Règlement intérieur facilitant leur application.

Le Bureau de l’AILC a été reconduit dans ses fonctions pour un second mandat de trois ans. Sa composition reste inchangée sauf pour la trésorière internationale, désormais élue.

La composition du Bureau est donc la suivante : Muriel Hannart, Présidente, Monique Gächter, Vice-Présidente Hémisphère Nord, Marylin Mackinder, Vice-Présidente  Hémisphère Sud, Annie Formont, secrétaire et Marie-France Thouard est remplacée par A. Amodio Mettraux, du club suisse de Neuchâtel qui devient Trésorière.

L’allocation du Legs Carlin, allouée tous les trois ans, a été attribuée à une Fondation de femmes marocaines, selon le choix fait par le club de Rabat, un choix validé par le Bureau central international réuni le veille. Une somme de 1000 euros a été remise à la responsable de cette Fondation.

Le calendrier est désormais connu pour les prochaines années :

 

 

  • Les prochaines Rencontres Culturelles auront lieu à Athènes du 12 au 15 mai 2023 et coïncideront avec les 120 ans de création du Lyceum par Constance Smedley. Et en Géorgie en mai 2024 sur proposition du nouveau club de Tbilissi, dont l’affiliation à l’AILC a été officiellement reconnue lors du Conseil International.
  • En 2025, le prochain Congrès triennal sera accueilli par la Nouvelle Zélande, le programme détaillé a été présenté par M. Mackinder.
  • La chaine marocaine officielle Al AOULA  a interrogé Isabelle Bertrand, Présidente de la Fédération Française, lors du Congrès International , afin de connaître les buts du Lyceum Club International. “
  • Au cours du congrès ,nous avons le privilège d’une longue rencontre avec l’écrivain Eric de Kermel, auteur de « La Libraire de la place aux herbes », des « Jardins de Zagarand », venu présenter son dernier ouvrage « La Promesse », illustré par le photographe Yann Arthus-Bertrand.

 

 

  •  
  • Deux conférences sur l’évolution du droit des femmes et le Maroc au travers de ses jardins viennent compléter les éclairages sur la société marocaine et la découverte de son patrimoine.

 

 

  •  
  • C’est La Villa des Ambassadeurs qui nous offre un cadre idyllique pour un dîner de gala haut en couleurs. Nos hôtesses ont revêtu de superbes caftans traditionnels. L’atmosphère est chaleureuse avec l’intervention d’un groupe de musiciens très pittoresques et la soirée se terminera au rythme de la musique.

 

 


PRÉ ET POST CONGRÈS RABAT 

PRE ET POST CONGRÈS RABAT 

FES,MEKNÈS

 Autour de cette rencontre, un riche programme de découvertes du patrimoine marocain a été proposé.

Tout d’abord, en déambulant dans les anciennes villes impériales de Fès et Meknès, au fil des dédales des médinas pleines de charme, d’odeurs et de couleurs.

Un déjeuner dans l’ancienne résidence du Maréchal Lyautey nous a offert une parenthèse sur les toits et nous avons commencé à nous laisser rattraper par un rythme différent.

 

 

Nous découvrons les évolutions et influences successives qui ont écrit l’histoire de ces villes. Nous nous émerveillons à Fès devant la Mosquée universitaire Quaraouiyine , fondée au IXe siècle, considérée comme la plus ancienne université et dont le rayonnement spirituel et intellectuel reste emblématique.



Le Château Roslane nous offre un cadre bucolique paradisiaque avant l’installation à l’Hôtel Tour Hassan Palace à Rabat.


RABAT

 Parallèlement se font les visites de la kasbah des Oudayas , de la Médersa de Salé, de la Médina andalouse, autant de lieux chargés d’histoire, souvent en cours de restauration grâce au soutien actif de l’Unesco dans la remise en valeur de ce patrimoine millénaire.


 

 



MARRAKECH


Le lendemain de la soirée de gala, nous prenons le chemin du désert d’Agafay, à une trentaine de kilomètres au sud de Marrakech pour y passer la nuit au milieu d’une surprenante oasis parsemée de tentes dont le confort est anachronique. Une tempête de sable nous empêchera malheureusement de dîner à la belle étoile mais nous aurons le bonheur du réveil au milieu des dunes blanches.


Notre arrivée à Marrakech se fait au milieu des palmiers centenaires d’un imposant hôtel.

Au cours des deux jours suivants, nous découvrons l’immersion dans les souks et leur dédale de stands et de tentations, la surabondance de couleurs et odeurs sur la mythique place Djemaa el Fna, le Musée Yves Saint Laurent et les jardins de Majorelle, le Palais Bahia.


 

C’est ensuite à l’extérieur de Marrakech que nous poursuivons nos visites : celle du Jardin ANIMA, créé par André Heller, lieu magique, source d’émerveillement à chaque entrelacs de mise en scène végétale, lieu d’apaisement.


 

Changement de décor ensuite avec la montée vers le restaurant face à l’Atlas qu’un malencontreux brouillard nous empêchera de contempler comme espéré. Nous visitons ensuite une coopérative féminine de production d’huile d’argan.

Nous dînons dans le somptueux Palais Gharnata dont l’atmosphère nous rappelle les Mille et une nuits au détour de ruelles bien peu annonciatrices d’un endroit aussi envoûtant. Un cadre exceptionnel pour fêter l’anniversaire de notre Présidente internationale !


 

Les visites organisées trouvent un prolongement avec les escapades de chacun, comme le passage dans le somptueux et mythique Hôtel de la Mamounia, dont les salons feutrés sont une ode à l’art oriental et les interminables jardins composés d’oliviers, de palmiers, de pins d’Alep, de bougainvillées et de cactus , entretenus par 70 jardiniers laissent entrevoir le minaret voisin de la Koutoubia et les sommets enneigés de l’Atlas.

Le séjour se termine, les retours vers les pays respectifs se font de différents aéroports.

Encore une fois, au-delà des plaisirs procurés par toutes ces découvertes, c’est d’abord celui de la rencontre qui aura procuré à chacun le plus grand bonheur. Celui d’avoir été accueilli par nos amies marocaines avec chaleur et la fierté de nous offrir leur patrimoine à découvrir, celui d’avoir croisé des membres de pays autres.

                                                                                                Isabelle Bertrand


Avril 2022

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :