Pour devenir artiste, Miró dut surmonter de sérieux obstacles. Ce fut d’abord la colère et l’hostilité de ses parents. Ce fut ensuite l’opposition du monde artistique enfermé dans son académisme fulminant contre les jeunes peintres.

Juan Miró est né à Barcelone le 20 avril 1893 d’un père orfèvre-horloger à Tarragone. Dolorès Ferra, sa mère est la fille d’un ébéniste de Palma de Majorque. Enfant rêveur et renfermé, de santé fragile (il contractera le typhus), il se révèle être un élève médiocre que son père contraint à travailler dans le commerce.

Montjuic, la colline dominant l’ancienne ville et le port de Barcelone, est pour Miro un critère d’authenticité et il y cherche l’inspiration dans ses racines catalanes. A l’âge de 7 ans, il prend ses premiers cours de dessin et en 1907 à 14 ans, il s’inscrit à « La Escuela de la Lonja » où Pablo Picasso avait pris des cours neuf ans auparavant.

A 19 ans, il entre à l’école d’art de Gali à Barcelone et décide de se consacrer exclusivement à la peinture. Ses premières œuvres révèlent sa connaissance de l’art contemporain et du fauvisme. Matisse et Van Gogh eurent une grande influence sur sa peinture.

1920, il s’installe à Paris et rencontre Picasso qui lui apporte son soutien.

En 1921, il s’installe au 45 de la rue Blomet au cœur de Montparnasse. Son voisin est André Masson et ils vont former le premier noyau de ce que l’on appellera « Le Groupe de la rue Blomet » (Leiris, Desnos, Artaud, Prévert, Salacrou).

C’est là qu’il peindra une de ses œuvres majeures : « La Ferme ». Elle constitue à la fois l’œuvre maîtresse de période « détailliste » du peintre et sa première toile d’importance. Elle représente les éléments du mas familial de Miró à Mont- Roig. Parallèlement il signe un contrat avec Josep Dalmau, marchand d’art catalan, qui lui achète toutes ses toiles pour 1000 pesetas et s’engage à lui organiser des expositions.

En 1923, nouveau changement : Juan Miró crée un univers fantastique d’êtres et de symboles et il réalise l’année suivante « Paysage catalan » Il se marie en 1929 à Palma de Majorque avec Pilar Juncosa et s’installe rue François Mouton à Paris. L’année suivante naitra sa fille unique : Dolorès.

A partir de 1932, Miró explore d’autres moyens d’expression notamment des assemblages avecdes objets et des matières de toutes sortes et également des collages.

En 1933, il fait la connaissance de Kandinsky et se lie d’amitié l’année suivante avec Georges Braque. Commence alors, sa période dite des « Constellations » qui regroupe 23 œuvres, lesquelles seront exposées à la Galerie pierre Matisse de New York en 1945.

De nombreux prix viennent couronner son travail : le Grand prix international de gravure de la biennale de Venise, le Grand prix de la fondation Guggenheim pour ses peintures murales de l’UNESCO, le Prix Carnegie de peinture. Il peint également les trois Bleu I, Bleu II, Bleu III en 1961. Le 10 juin 1975, la fondation Miró est officiellement inaugurée.

En 1968, Joan Miró est nommé docteur Honoris Causa de l’université de Harvard. Ce fut son dernier voyage aux Etats-Unis.

Il inaugurera ensuite de nombreuses réalisations notamment la Fondation Joan Miró au Centre d’Etudes d’Art contemporain de Barcelone.

Avec Picasso et Dali, il fait partie des artistes contemporains d’origine espagnole ayant une renommée internationale. Surréaliste de la première heure, c’est seulement à partir des années 1970 que Miro connaitra la notoriété.

Miró meurt le 25 décembre 1983 à Palma de Majorque. Des obsèques solennelles seront célébrées au cimetière de Montjuic de Barcelone.

Parmi ses œuvres les plus célèbres :

Le Carnaval d’Arlequin (1925) considéré par les critiques d’art comme un récit de l’inconscient humain et le point culminant du style surréaliste personnel de Miro.

Bleu II (1961)Des espaces indéterminés et ponctués que Miró comparait à « l’éloquence du silence » ou à la

« musique muette ».

« Bien sûr, il ne m’a fallu qu’un instant pour tracer au pinceau cette ligne. Mais il m’a fallu des mois, peut-être des années de réflexion pour la concevoir ». Joan Miró

Emmanuelle David