AQUARIUM DE TREGASTEL ET LIGUE DE PROTECTION DES OISEAUX

La faune des Côtes d’Armor a été au centre d’une journée découverte afin de cerner la richesse de notre littoral : la diversité de nos poissons et crustacés rivalisant avec celles de nos oiseaux de mer et de rivage.

Aménagé sous un gigantesque amas granitique, formé il y a 300 millions d’années, l’Aquarium de Trégastel dévoile les secrets des fonds sous-marins du littoral breton. Un guide des lieux et Michel Hignette, directeur honoraire de l’aquarium de la Porte Dorée à Paris, ont émaillés ce circuit de visite de leurs remarquables connaissances pour mieux nous immerger dans la Zone des Embruns, au-dessus du niveau des plus hautes eaux, dans la Zone des Marées, balayée par le flux et le reflux des eaux, et enfin dans la Zone des Profondeurs, réservée aux gros poissons.

Cette matinée de « plongée » observer la faune des eaux costarmoricaines : homards, bars, dorades grises, grondins, lieux, églefins, langoustines, encornets, ormeaux, congres, raies, roussettes, et même hippocampes… Cette longue énumération parle d’elle-même !

Après un agréable déjeuner dans une brasserie de bord de mer, nous avons pris la direction de l’Ile Grande, un autre beau site du département, pour passer le seuil de la Station de la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) qui dispose d’une surface d’exposition permanente de 250 m2 avec notamment, une falaise artificielle de 5 mètres de hauteur abritant 110 maquettes d’oiseaux, et une salle entièrement dédiée au monde sous-marin. Ce site fait le pari de délivrer une vision globale de la biodiversité et de la gestion de l’archipel. Pari réussi puisque nous savons désormais mieux reconnaître certaines sortes de goélands, de mouettes ou de sternes !

La Station confirme ainsi sa fonction de vitrine de la réserve naturelle des Sept-Îles. Grâce à une caméra installée sur l’Ile Rouzic, nous avons observé en direct la plus importante colonie métropolitaine de fous de Bassan, forte de 25.000 couples. La mise sous protection des 7 îles, et de l’estran qui les entoure, attire aussi d’autres espèces telles que le petit pingouin, le guillemot de Troïl, le cormoran huppé… Rappelons qu’au début du XXe siècle, les nombreux oiseaux peuplant l’archipel des Sept-Iles étaient décimés par les tirs effectués, tel un loisir, par les passagers des bateaux … et que la création de la LPO en 1912 a mis fin au massacre des macareux moines

 

La LPO a également d’autres missions comme les soins apportés à la faune sauvage en détresse, notamment les oiseaux blessés ou mazoutés accueillis au centre de soins de la station LPO (non visitable) et l’information et la sensibilisation du public et des scolaires à travers des expositions, des excursions commentées aux Sept-Îles et des sorties nature : oiseaux, plantes du littoral, sorties à marée basse… La station LPO de l’Île-Grande a été labellisée « Maison Nature » par le Conseil Départemental.

Pour couronner le tout une météo sans nuage a parachevé cette belle journée riche en découverte !

Marie-France Delahaye