Visite du Musée de l’Electricité à Saint-Apollinaire

Ce musée existe depuis une trentaine d‘années et est géré bénévolement par une association.

Il porte le nom d‘Hippolyte Fontaine, dijonnais précurseur dans le domaine de l‘électricité :

Hippolyte FONTAINE : une ambition au service de l’électricité.

Hippolyte Fontaine

Il naît le 12 avril 1833 à Dijon, au 56 de la rue des Godrans. Ce fils de menuisier montre dès son plus jeune age, une vive intelligence. A 15 ans, il est admis à l’école des Arts et Métiers de Châlons sur Marne. Cette école fondée par le Duc de La Rochefoucault-Liancourt, était destinée à former des adolescents pauvres et prometteurs. Malgré une légère paralysie qui le rend maladroit, il en sort bien classé à l’age de 18 ans et commence un tour de France comme ouvrier-modeleur .En 1853, il entre comme dessinateur aux Ateliers Clément Desormes à Oullins, c’est à cette époque qu’il organise des cours du soir pour les ouvriers.

En 1857, il est envoyé à Paris à la Maison Cail, mais atteint d’une paralysie musculaire et dans l’impossibilité complète de faire le moindre mouvement, il demande à suivre une thérapie expérimentale dans une baignoire isolante avec des plaques électrodes en cuivre. Ce traitement lui rend l’usage de ses bras mais il conserve une demi paralysie des jambes. Il profite de cette période pour beaucoup lire …

La Compagnie des Chemins de Fer du Nord, l’envoie , en 1862 à l’Exposition de Londres.

En 1870, il participe à la publication de la Revue industrielle.

Pendant la guerre de 1870, il contrôle la fabrication des canons à Paris et protège les bibliothèques de l’Institut de France.

1871 marque sa rencontre avec le belge Zénobe GRAMME, celui-ci vient de déposer un brevet concernant une machine magnéto-électrique, Hippolyte FONTAINE est nommé directeur de la Société des machines Gramme. Ces deux hommes vont réussir à adapter la génératrice électrique à de multiples usages industriels et ainsi fonder l’Industrie Electrique Française. GRAMME travaille à élaborer d’autres dynamos et à les perfectionner, FONTAINE assure leur publicité et leur vente.

En 1873, à l’Exposition Universelle de Vienne, la société Gramme expose plusieurs machines et réussit à transporter de la force par l’électricité d’un lieu à un autre, mais il faudra 10 ans avant que cette expérience soit analysée par Marcel DEPREZ.

1881, Exposition d’Electricité au Palais de l’Industrie de Paris, Hippolyte FONTAINE sera l’âme de cette exposition destinée à réunir sous un aspect frappant, les applications nouvelles de l’électricité.

Hippolyte FONTAINE va créér le Syndicat Professionnel des Industries Electriques, il en est nommé président.

Il crée également le Laboratoire Central de l’Ecole Supérieure d’Electricité.

Cette même année, il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur, puis officier en 1889. Il sera également juge au Tribunal de Commerce de Paris, inspecteur de l’enseignement, fondateur des écoles d’électricité, créateur des Caisses des Ecoles…

Hippolyte FONTAINE a fait un don de 400 livres de technologie, sciences et arts à la Bibliothèque Universitaire de Dijon.

Il est donc à l’origine de la construction électrique, nouvelle branche industrielle, et du métier d’électricien.

Il décède le 17 février 1910 à Hyères, des suites d’une bronchopneumonie, il est enterré au cimetière Montparnasse à Paris.

Le 5 novembre 1933 à Dijon, une stèle a été inaugurée, portant le médaillon en bronze d’Hippolyte FONTAINE, ce médaillon est l’oeuvre de Paul GASQ, conservateur du Musée des Beaux Arts de Dijon.

L’invention et l’industrialisation de la dynamo électrique sont le point de départ de l’essor de l’électricité.

L’énergie mécanique est transformée en énergie électrique.

Le belge Zénobe GRAMME (1826-1901) a inventé cette machine en 1869.

Son invention sera commercialisée par l’ingénieur dijonnais Hippolyte FONTAINE (1833-1910).

Présentée à l’Académie des Sciences en 1871, la dynamo de Zénobe Gramme est considérée comme la première génératrice moderne de courant continu (cette dynamo est présente au musée).

Elle inaugure une nouvelle ère, dominée par l’électricité qui, petit à petit, va bouleverser le travail et la vie quotidienne des habitants des pays industrialisés.

Le mot dynamo est l’abréviation de “machine dynamoélectrique”. La dynamo désigne une machine électrique, à courant continu, qui fonctionne en générateur électrique. Elle convertit l’énergie mécanique en énergie électrique en utilisant l’induction électromagnétique de façon similaire à une magnéto.

MONSIEUR CUVILLIER,  A L‘HONNEUR DANS CE MUSEE

Monsieur Roger Cuvillier, dijonnais d‘adoption,  est l‘ inventeur d’un système optique qui a révolutionné le monde du cinéma et de la photo, tant professionnel qu’amateur.

Il s’agit du PAN CINOR, objectif à focale variable, inventé en 1949.

La visite de ce musée, commentée par deux passionnés, a permis de rafraîchir les connaissances de chacune en physique et électricité dans ses applications diverses au cours des années, grâce à la très belle  collection d‘ appareils variés : électro-ménager, téléphonie, éclairage, son et image, …

Une exposition temporaire sur le café a clôturé la présentation.

Marie MAIRE