Lundi 16 septembre. Le Bessin. Nous étions 10 caennaises à attendre (sous un léger crachin !) nos visiteuses devant la Tapisserie de Bayeux. Mais seules Edith Tillement et Marie-Lou Van Surell étaient là ! La voiture de Dominique Rietzler qui transportait Andrée Candéla, Marie-Christine Siméon et Léocadie Eslami essayait de rattraper son retard dû à une mauvaise prise de bretelle d’autoroute. Tout le monde a suivi, avec grand intérêt, la visite, avec audio-guide, de la fameuse Tapisserie retraçant l’aventure de Guillaume le Conquérant parti conquérir son trône d’Angleterre. La beauté des chevaux, la minutie des scènes de combat, les détails amusants des bandes inférieures, ont forcé notre admiration.
C’est sous les parapluies que sommes allées jusqu’au “Lion d’Or” où nous avons retrouvé nos retardataires qui, pour ne pas nous retarder, avaient fait la visite au pas de course et sans même prendre le temps de suivre l’audio-guide !
Après un rapide, mais délicieux repas, direction du nouveau Musée Baron Gérard, installé dans l’ancien Palais des Evêques, où nous attendait notre guide. Cet espace a été récemment remodelé et les objets y sont présentés par ordre chronologique et dans un environnement correspondant à la période étudiée. C’est ainsi que les œuvres du XVIIIe s. sont exposées dans un superbe salon aux boiseries claires. Notre conférencière nous a ainsi promenées de la préhistoire au XXe siècle en nous communiquant sa passion et sa culture.
Puis Béatrice Fix nous amena dans la Cathédrale, chef-d’œuvre de l’architecture romane et gothique normande, nous en expliquant l’intérieur et l’extérieur ainsi que la crypte.
Retour à Caen afin de remettre chaque bellifontaine chez sa logeuse !
A 19 h, nous avions rendez-vous chez Béatrice qui nous recevait dans sa maison de Bray. Apéritif dinatoire délicieux et animés pendant lequel nous avons fait connaissance, ou retrouvé d’anciennes amies.

Mardi 17 septembre. Le Pays d’Auge. Départ aux aurores (8 h 15) car l’emploi du temps de la journée est dense.
Après avoir pris la délicieuse petite route qui traverse Beuvron-en-Auge, nous voilà arrivées à Victot-Pontfol dans le Domaine Louis Dupont ; c’est l’œnologue de la maison, Guillaume, qui nous reçoit et nous explique tout le cheminement qui mène de la pomme à la bouteille. Nous en suivons les transformations en jus de pommes, cidre, pommeau, crème de calvados et calvados avec beaucoup d’intérêt. Une séance de dégustation (pour les plus téméraires ou les non-conductrices !) suivit cette visite.
Nous avions ensuite rendez-vous au Château de Vendeuvre. Le projet de visiter les jardins tomba à l’eau… une pluie fine ayant fait son apparition ! Mais la visite du Château (où nous avons eu la surprise et le plaisir de rencontrer le maître des lieux, Guy de Vendeuvre, qui nous donna quelques précieuses indications) suivie de celle des cuisines, capta toute notre curiosité. Je passe rapidement sur la collection de niche à chien …
Un déjeuner simple et rapide nous attendait dans les anciennes écuries et nous avons continué par l’Orangerie. Ce bâtiment a été aménagé pour présenter une collection fabuleuse de meubles miniatures : chefs-d’œuvre de compagnonnage, jouets d’enfants, tout y est : les commodes, les armoires, les escaliers à multiples révolutions, porcelaine, tabletterie, ivoirerie, peignerie, bimbeloterie … Guy de Vendeuvre, spécialiste du “trompe l’œil” a réalisé un travail incroyable en installant des vitrines par thème : une chambre à coucher Napoléon III, un salon Louis XV, etc… Tout y est : du papier peint aux objets de décoration en passant par les rideaux, les lustres ou les “insolites”. Une seconde pièce, dans l’orangerie, est dévolue à l’argenterie. Des milliers de petits objets en argent ! Nécessaires de couture, de voyage, couverts de poupée, service à café, à thé ou à chocolat… il me faudrait des heures pour tout décrire ! Nous y avons passé une bonne heure ½ ….
Mais les meilleures choses ayant une fin, nous avons pris une petite route pour rejoindre Lisieux et, la pluie (je veux dire : le crachin normand !) s’étant arrêtée, nous avons fait une halte pour admirer le Château de Grandchamps datant de la fin du XVIe s. Il se compose d’une maison en colombage de 3 étages, ce qui est extrêmement rare, flanquée d’une construction en pierres et briques.
Puis nous nous sommes arrêtées pour faire le tour du Manoir de Coupesarte, construit sur des douves à partir du XVe siècle. Les granges, écuries et étables datent du XVIIe. Ce manoir ne se visite pas mais nous avons eu la chance de rencontrer la propriétaire qui s’est retrouvée fermière-châtelaine contre son gré !
Arrivées à St Germain de Livet un peu avant l’heure prévue nous avons eu le temps de faire le tour du jardin, ce qui nous a permis d’avoir une vue avec recul sur l’ensemble des bâtiments qui comprend un manoir traditionnel à pans de bois du XVe siècle et une construction du XVIe siècle en pierre et brique vernissée. L’intérieur, meublé, présentant des collections dédiées au peintre Léon Riesener et à sa famille.
Mais la route étant longue pour rejoindre Melun et ses environs nous avons dû laisser partir nos amies avec regret…en nous promettant de nous revoir bientôt ! ChG