Nous étions 16 à nous retrouver dans l‘atelier de M Couqueberg, pour une visite passionnante à la découverte des étapes de création d‘une oeuvre d‘art.

Michel Couqueberg, dijonnais, après 15 ans d‘enseignement technique, se sent attiré par la sculpture. Depuis maintenant 42 ans, il sculpte le plâtre et le bronze, dans la lignée de Brancusi et Pompon : des lignes épurées, un mouvement esquissé, une position attrapée au vol.

Installé depuis 22 ans à Orgeux dans un atelier de 550 m², il nous fait découvrir le cheminement se son oeuvre, qu‘il accomplit entièrement seul (sauf l‘étape de la fonderie du bronze) :

–  il dessine des esquisses à partir d‘observations naturelles ou de photos,

–  il réalise une maquette métallique en tordant des tiges, qu‘il recouvre de plâtre,

– puis vient la création de la maquette en 3 dimensions. A l‘aide d‘un compas dit „d‘agrandissement“, il grossit cette maquette jusqu‘à la taille désirée, et fait un moule, soit en elastomère soit en cire, qui sera rempli de bronze (fonderies en Haute-Saône, dans le Vaucluse et en région parisienne),

– enfin vient l‘étape de finition : soudure sous atmosphère, polissage et oxydation (secret de fabrication).

Les tirages de ses sculptures en bronze sont limités à 12 exemplaires, tous numérotés, le moule étant détruit lorsque la dernière pièce est fondue.

Certaines de ses oeuvres monumentales ornent des espaces publics : Chevigny, Marsannay, Saint-Apollinaire, Talant, immeuble Seger, .. et sont visibles dans des musées (Beaune, Saulieu).

Il expose à Clermont-Ferrand, Lyon, Paris et Courchevel.

Il a fait évoluer son style en proposant des bronzes „KOOKYKROM“, revêtus d‘argenture dégradée et s‘intégrant dans des intérieurs plus contemporains. Il expose également à la vente des tableaux „KOOKYPIX“, impressions de photos de ses oeuvres sur kevlar et aluminium, ainsi que des céramiques réalisées avec la faïencerie de Charolles (71).

Une belle après-midi, riche et originale.

30 novembre 2021  Marie M.