SOPHIE BELLIER : UNE FEMME A LA HAUTEUR !

En 15 ans elle a déjà atteint des sommets : le Mont Blanc, l’Aconcagua (Argentine), l’Elbrouz (Caucase) et le Gustung (Népal). Aujourd’hui elle se prépare activement à un traversée de la chaîne népalaise de l’Himalaya, soit 46 cols et 1700 kms d’expédition durant plusieurs mois !

Nous avons rencontré cette femme d’exception qui, avec sa grande modestie, ne s’est pas étendue sur ses exploits passés mais s’est attardée sur toutes les étapes de l’ascension du Gustung au Népal. En amont, une préparation longue de 10 mois qui commence par un entraînement intense marqué de tests d’effort en hypoxie pour habituer son corps à la haute altitude. Le choix du guide est lui aussi capital pour la confiance qu’il inspire par son professionnalisme, sa connaissance du terrain et l’équipe qu’il constitue.

La date de départ approchant, il est alors temps de préparer son sac et de sélectionner avec pertinence son contenu (matériel, vivres, médicaments… ).  Il ne doit pas excéder 30 kgs car, dans la phase d’approche, les sacs sont portés par des animaux.

Durant cette phase, l’alpiniste  découvre une culture, des hommes et des paysages. Ce trek se termine par l’arrivée au camp de base. C’est là que s’effectue un reconditionnement des sacs avec seulement 10 kgs de strict nécessaire . L’équipe d’alpinistes est bénie par un moine  avant d’entamer le début de l’ascension qui sera fractionnée en plusieurs camps d’altitude.

La progression commence alors par étapes de 500 mètres en cordées de 2 dans un terrain de plus en plus technique. Sophie évoque la vigilance de chaque instant en raison des « risques objectifs » : les séracs, les crevasses et les avalanches ! A cela s’ajoute les « risques subjectifs » : chaque alpiniste empruntant des arêtes de neige avec un sac de 10 kgs, il doit aussi veiller au moindre signe du mal aigu des montagnes, aux engelures et à l’ophtalmie des neiges !

Arrive enfin « le summit day »  ou par moins 30° degrés les cordées abordent la journée la plus compliquée. Puis arrive l’heure de la victoire qui se savoure en équipe ! Pour Sophie Bellier : « Une ascension est un long chemin , où l’on s’affranchit des contraintes sécuritaires avec la quête de l’essentiel. Elle vous récompense d’un sentiment de grande liberté fondé sur un recentrage sur soi y compris dans l’effort physique».

Merci Madame de nous avoir mené du point culminant de la Bretagne (le Roc’h Ruz à 385 mètres) au somment du Bustung à 6.478 mètres ! Nous sommes toutes sorties admiratives ! Bonne chance pour votre prochaine expédition !

Marie-France Delahaye