Le calvaire d’Alain Marécaux (d’après son livre Chronique de mon erreur judiciaire), huissier de justice arrêté en 2001 dans le cadre de l’affaire d’Outreau avec sa femme et 12 autres personnes sous l’accusation de terribles actes de pédophilie qu’ils n’avaient jamais commis. Après un passage en incarcération, les accusés devront attendre le procès en appel en décembre 2005 pour enfin être acquitté. Le film retracera la plongée en enfer d’un homme innocent face à un système judiciaire incroyablement injuste et inhumain, l’histoire de sa vie et de celle de ses proches broyées par une des plus importantes erreurs judiciaires de notre époque.

Tout le monde n’a peut être pas envie de partager le sort d’une victime, pendant 100 minutes ..
encore que l’injustice faite à Alain Marecaux ait duré,elle,5 longues années..
On est violemment ému et révolté,dès qu’une armée de policiers,investit sa maison au petit matin, le sépare de sa femme bouscule et terrorise ses enfants.Sa vie bascule.
Chacune de ses paroles est traitée avec un septicisme méprisant par des policiers et un magistrat,convaincus de sa culpabilité.
Le jeune juge Burgaud, arrogant, présomptueux, incompétent, cristalise le sentiment d’indignation,qui vous envahit, même s’il na pas été le seul responsable de ce beau gachis!
Mais comme disait Hichcock “meilleur le méchant, meilleur le film”..
En rentrant,un peu sonnée, par un heureux hasard, je suis tombée sur un documentaire,passionnant,sur FR3 retraçant la gestation de ce film,et plus particulièrement l’identification de Philippe Torreton à cet homme,puisqu’il
s’agit bien d’un homme et pas d’un personnage.
Et cet homme là va bien,en tout cas,mieux. IL reconstruit sa vie,au sortir de cet absolu cauchemard :son sourire m’a permis de mieux dormir..”
Marie-Christine S
.