Brigitte Grandclément, accompagnée d’un organiste et d’un jeune violoniste, a animé, avec beaucoup de talent, cette messe dédiée aux caennaises disparues depuis la création du club. Bach et Haendel ont participé au recueillement des vingt lycéennes qui se sont retrouvées comme chaque année à pareille date.