Paul 1er de Russie, le tsar “mal aimé” nait dans des circonstances déjà particulières : sa mère, la grande duchesse Catherine, mariée à 16 ans, n’a consommé son mariage qu’après 6 ans de vie conjugale auprès d’un mari brutal, disgracieux et à moitié impuissant. Elle s’est donc “consolée” dans les bras d’un amant, le comte Serge Saltykov ; d’où le dilemme : qui est le père de cet enfant que toute la Russie attend depuis longtemps ?

Le 20 septembre 1754, Paul, le futur tsar, est officiellement déclaré enfant légitime, après un accouchement douloureux et public, devant toute la famille !!

Ayant décidé que l’enfant appartient avant tout à la Grande Russie, sa tante, la Tsarine Elisabeth l’enlève aussitôt à sa mère, qu’il ne verra plus que très rarement. Elle le fait élever par des babouchkas paysannes dans une atmosphère surchauffée et surprotégée et il grandira, fragile, nerveux et perturbé.

Par la suite, Elisabeth le confie à un précepteur cultivé, Nikita Panine, qui réussira parfaitement sa tâche auprès du petit garçon délaissé par ses parents, en lui apportant parallèlement une affection qu’il n’avait jamais reçue de la part de sa famille.

De son côté, sa mère, Catherine, prendra de nombreux amants et mettra au monde une fille dont la paternité posera un problème à Elisabeth. Cette dernière enlèvera l’enfant (comme elle l’avait fait pour Paul) qui décèdera 1 an après, de façon suspecte !

En décembre 1761, Nikita Panine annonce à Paul, qui a 7 ans, le décès d’Elisabeth et la “promotion” de son père qui devient Pierre III Tsar de Russie. En 1762, ce dernier décède à son tour, assassiné, un an après de tortueuses intrigues pour éloigner son épouse au profit de sa maîtresse.

Catherine devient alors Impératrice à son tour et, pour Paul, ce sera une adolescence plus calme : il devient un adulte cultivé avec, cependant, un caractère instable.

Marié, une première fois, à 18 ans, il perd sa femme et son enfant mort-né à l‘accouchement et apprend, alors qu’il lui semblait avoir fait un heureux mariage, que l’enfant n’était pas de lui … Il se remariera avec Sophie-Dorothée de Wurtemberg, rebaptisée pour la circonstance, en russe, Maria Féodorovna.

De cette nouvelle union naîtront 10 enfants, dont 9 survivront. Les rapports entre sa mère, la Tsarine Catherine, et Paul deviendront difficiles : il subira les constantes humiliations de sa part (exclusions, entre autres, du Conseil des Ministres – refus de partir à la guerre alors que son autorité s’affirme et qu’il s’applique à copier le fanatisme militaire de son père …).

Pour s’éloigner de la tutelle de sa mère, il fera, avec son épouse, de nombreux voyages en Europe (notamment en France sous le nom du Comte du Nord) et vivra loin de la Cour dans sa propriété de Gatchina (offerte par la Tsarine qui aura réussi à l’éloigner). Cette dernière prévoit de l’évincer du trône en nommant son petit-fils Alexandre, mais elle meurt d’une crise cardiaque et Paul est nommé Tsar en 1796. Il gouvernera alors avec une extrême rigueur en détruisant tout le travail de sa mère : abrogation de la parité pour l’accès au trône, introduction de la censure, etc.

Après une politique étrangère très aventureuse, avec de nombreuses voltefaces dans ses alliance et des guerres qui mettront la Russie à genoux, il est assassiné (c’est une des thèses historiques) par un groupe d’officiers (dont le Général Zoubov) après un repas très arrosé.
Son fils, Alexandre 1er, devient Tsar de Russie à son tour. Certains le suspectent d’être impliqué dans l’assassinat de son père… M-F. J.