cairn_pour_site_copie.jpg

Notre journée de découverte de Morlaix à la limite de notre département et du Finistère commençait le matin par une visite de la vieille ville, très bien conservée avec ses maisons à pondalez très typiques : des maisons très profondes avec au milieu une partie dont la toiture est vitrée pour donner de la lumière …

Ancienne ville fortifiée protégée à l’embouchure de sa rivière par l’imposant château du Taureau situé au milieu de l’embouchure de sa rivière pour en garder le passage, Morlaix a vécu son âge d’or au XVI ème siècle lorsque son port était le plus important de la côte Nord de la Bretagne ( le développement de St Malo sera au XVII ème…) et recevait des marchandises des Indes (les épices et un peu plus tardivement les porcelaines de la Compagnie des indes) et des autres pays d’ Asie(soie) mais les échanges étaient surtout importants avec l’Espagne : vins, cuirs (quelques anciennes maisons ont encore des restes de tapisserie en cuir de Cordoue) …

En échange partaient de Morlaix des pièces de lin, du sel, des céréales, du tabac … La ville très encaissée, est dominée par un énorme viaduc qui enjambe le port. En 1944, les américains qui venaient de débarquer et souhaiter stopper la retraite de l’armée allemande qui occupait Brest envoyèrent sur Morlaix une volée de bombes qui coupèrent le pont en deux mais à quel prix : une centaine d’enfants de la maternelle située en dessous périrent ce jour là avec leurs maîtresses : un drame qui endeuilla pour plusieurs années la population.

Après un déjeuner de galettes de sarrazin à la créperie “ART BILIG”, justement une maison à pondalez récemment rénovée et étonnante de luminosité, nous avons longé la rivière pour aller découvrir le “Cairn de Barnenez”