ORDONNANCES & CONFIDENCES AU COMPTOIR DE LA PHARMACIENNE DE LAGHRARI BENMEHREZ

ORDONNANCES & CONFIDENCES AU COMPTOIR DE LA PHARMACIENNE DE LAGHRARI BENMEHREZ

Les événements relatés dans ce roman sont tirés de faits réels. Certaines histoires peuvent paraître invraisemblables, elles sont pourtant véridiques voire ordinaires, la notion de normalité étant relative. C’est pourquoi je ne donnerai pas de détails quant à l’emplacement exact de la rue de l’Espoir, une rue comme tant d’autres, perdue dans ce que l’on appelle vulgairement le Maroc profond, par opposition au Maroc des apparences, superficiel, voire artificiel. Je ne parle pas ici du Maroc des abysses. Restons à Casablanca, Rabat, Marrakech, Fès, Agadir… Chacune de ces métropoles abrite en son cœur une rue de l’Espoir, un quartier du Progrès, de la Renaissance, de la Conquête; une agglomération surpeuplée à deux pas d’une grande avenue traversée quotidiennement par des bolides rutilants d’indifférence.

 Zoom de rencontre organisé par le Club de Marseille avec la présence de LAGHARIRI BENMEHREZ

 


"JE TE SUIVRAI EN SIBERIE" D'IRENE FRAIN

Dans le cadre des échanges littéraires mis en œuvre par Isabelle Bertrand et le club de Rabat, le club de Troyes a présenté en visioconférence, le 27 Janvier, en présence de 87 participantes, le livre d'Irène Frain, "Je te suivrai en Sibérie".

Outre les clubs français et le club de Rabat, les clubs suisses, lisboètes et berlinois étaient représentés.

Parmi les seize membres du groupe Littérature du Monde, la moitié associée à une amie du groupe Littérature et Psychanalyse s'est investie avec enthousiasme.

Nos fréquentes rencontres pour affiner la présentation du livre nous ont permis de renforcer nos liens d'amitié au fur et à mesure que nous approfondissions l'étude de ce récit, et finalement que de découvertes, de portes ouvertes... Il faudrait pouvoir rester longtemps sur un livre!

Chacune a contribué à l'achèvement de la façon suivante:

Accueil, Présentation de l'auteur, Résumé du livre, Contexte historique, Diaporama des personnages et Approche psychanalytique.

Puis la parole a été donnée à nos amies marocaines qui, comme à leur habitude nous ont fait part de leurs réflexions, très fines et judicieuses mettant en exergue des échanges riches et approfondis.

Elles ont toutes semblé avoir apprécié la lecture de cet ouvrage et ce qui en est l'essence même la détermination des femmes dans leur destinée à une époque et dans une contrée particulièrement difficiles: les traces, l'histoire des hommes, l'importance de voir prédominent et la vulnérabilité qui existe au fil de ce livre sont quelques unes des impressions relevées.

Pour accéder aux différents volets de cet échange, cliquer sur l'une des options ci-dessous :


"LA CHAISE N° 14" DE FABIENNE JUHEL

"LA CHAISE N° 14" DE FABIENNE JUHEL

Le 1er Décembre 2021, le Lyceum Bretagne Nord a pris en charge l'échange littéraire avec Rabat. Cette réunion s'est tenue dans la magnifique librairie de QUINTIN "Le marque page", lieu inspirant s'il en est pour parler Littérature. Plusieurs Lycéennes étaient présentes.

Le livre que nous avons choisi de présenter est "La chaise N 14" de Fabienne JUHEL, auteure bretonne, présente à la réunion. Après le mot d'accueil de notre présidente, nous avons présenté notre région d'un point de vue historique, géographique, traditionnel, économique et touristique, présentation appuyée par un diaporama mettant en valeur les
différents thèmes. Nous avons commencé par présenter l'auteure, agrégée de lettres, très impliquée dans le monde littéraire, et qui a reçu de nombreuses récompenses pour une œuvre fournie et très originale.

Puis, nous avons abordé le livre dans son contexte historique (1945, fin de la guerre, règlements de compte et épuration) et dans son contexte géographique, l'histoire se passant à Saint-Brieuc, préfecture de notre département.

Après ce préambule, la parole  a été donnée aux participantes des différents clubs pour poser des questions à l'auteure.
- Les femmes tondues ont-elles eu des réparations après la guerre ? Non, Maria a seulement demandé réparation aux personnes qu'elle tenait responsable de son humiliation.
- Cette période  de l'épuration n'a-t-elle pas été prétexte à certaine vengeances ? Oui, Antoine amoureux éconduit ne s'attaque pas à Maria par hasard.
- Pourquoi Maria n'a-t-elle pas ressenti de honte de sa liaison avec Frantz ? Car elle était tombé amoureuse d'un homme mais pas de l'ennemi et que l'amour est plus vital en temps de guerre.
- Comment vous est venue l'idée d'écrire un roman sur ce thème ? L'auteure a lu dans un petit livre de Louis Guilloux, auteur briochin, une page relatant l'histoire de 3 femmes tendues après la guerre. Louis Guilloux personnage réel, devient un personnage dans son livre et le procédé est assez audacieux ! Fabienne JUHEL nous dit que parfois les personnages échappent à leur auteur !
- Pourquoi le symbole de la robe blanche, de la chevelure rousse, des oiseaux noirs et blancs ? Le blanc de la robe et le blanc et noir des oiseaux peuvent représenter le bien et mal, ce sont des signes, voire des inter-signes qui parlent au tempérament celte qui aime interpréter ceux que la nature peut nous envoyer.
- Maria est une femme forte, d'où tire-t-elle cette force ? L'auteure répond que cette force lui vient sans doute de son père Victor qui l'a élevé seul étant veuf depuis la naissance de Maria, il y a une grande complicité entre le père et la fille et beaucoup d'amour. Le père
souffre d'être impuissant à sauver sa fille des mains d'Antoine.
- Pour terminer une question qui intrigue : pourquoi terminer le livre par l'idée d'une
prochaine naissance ?
Au cas où il y aurait une suite !
Une amie marocaine conclue « un  livre poignant, qui a suscité l'intérêt des lectrices ».

Nous sortons enchantées de cet échange au-delà de la Méditerranée !

Marie-France Salliou


"LES HEURES SILENCIEUSES" DE GAELLE JOSSE

"LES HEURES SILENCIEUSES“ DE GAELLE JOSSE.

Gaëlle JOSSE est née en 1960, après des études de droit et publie son premier roman „les heures silencieuses“ en 2010, salué par la critique et récompensé par de nombreux prix.

Nous citons un extrait d‘interview : "être auteur, c‘est avoir peu, beaucoup ou énormément de talent, et c‘est surtout beaucoup de travail. Mon processus d‘écriture est en 2 phases : une flèche est lancée, puis il y a l‘histoire, la narration; un monde de personnages qui émergent, prennent vie et nous surprennent. C‘est le premier jet, la phase créative la plus facile. Puis vient le travail des mots, des phrases, du rythme, de la ponctuation. Ensuite relire, relire, trouver le mot précis, l‘image, la bonne cadence de phrase tout en restant dans l‘intuition, la liberté et la spontanéité“.

Ce roman se déroule au  XVII° siècle aux Pays-Bas, à l‘époque où la Compagnie des Indes est à son apogée.

Bref historique de la Compagnie des Indes :

Après les croisades, vient la suprématie des républiques italiennes aux XIII° et XIV° siècles. A la fin du XV° l‘Amérique et l‘Asie sont découvertes, promesses de commerce florissant.
Au XVI° Venise règne sur la Méditerranée. A la fin du siècle l‘Espagne fait le commerce d‘or, et l‘Eglise a une grande influence, qui bloque toute évolution.

Des espions néerlandais s‘introduisent dans les navires portugais, et les Pays Bas découvrent tout l‘intérêt des Indes. A la fin du XVII° la Compagnie des Indes voit le jour, elle contrôle le commerce des épices, des textiles , de l‘or, des peaux, du corail, du riz, de la soie...c‘est un état dans l‘état. C‘est le siècle d‘or, la première puissance commerciale du monde, et son essor s‘accompagne de la liberté de culte : le pays attire les érudits et les artistes, c‘est le centre du savoir, l‘église protestante se développe.

Dans la société, le rang social s‘établit sur les revenus et plus sur la naissance.

L‘épanouissement culturel est de plus en plus important. Le pays est un gigantesque atelier graphique qui attire les peintres de tous horizons à Amsterdam, La Haye, Delft, Haarlem, Utrecht, ..

On ne représente plus de thèmes religieux, mais des natures mortes : les intérieurs bourgeois dont le plaisir des sens se cache derrière les façades strictes.

Ainsi le peintre Emmanuel de Witte réalise t il plusieurs oeuvres majeures, dont „intérieur avec femme à l‘épinette“ (musée Boymans Rotterdam) qui servira d‘inspiration à G Josse.

L‘ouvrage :

Nous y voyons la description de la condition de la femme au XVII° siècle, soumise à son mari.

Le personnage principal, Magdalena Beyeren, est la fille d‘un administrateur de la Compagnie des Indes, et elle s‘intéresse beaucoup au travail de son père. Mais elle doit se marier et se consacrer à sa famille malgré son goût et son talent pour les affaires. Elle renonce à ses rêves, est discrète, réservée, sa maison est bien tenue. Elle écrit un journal intime. 4 de ses enfants sont morts en bas-âge.

Pieter, son mari, qu‘elle aime, ne veut pas qu‘elle meure en couches, il n‘aura donc plus de relations intimes avec elle. Elle est donc moralement abandonnée à 36 ans, seule dans sa grande demeure silencieuse. Elle éprouve des élans amoureux pour le professeur de musique de sa fille, mais s‘en défend. Elle est très mélancolique : „le cours de nos vies est semé de pierres qui nous font trébucher et de certitudes qui s‘amenuisent“.

Au XVII°, les femmes doivent obéissance à leur père puis à leur mari (qui est choisi par la famille). Ce sont des génitrices et des éducatrices. Les grossesses successives sont dangereuses, la mortalité infantile très élevée, pendant que les maris poursuivent les aventures extraconjugales en toute impunité (les femmes, elles, risquent le couvent dans les mêmes circonstances). La femme est assimilée aux serviteurs qui doivent allégeance au maître de maison.

Elles sont illettrées (en 1800 une loi interdit aux filles d‘apprendre à lire). La lutte des femmes pour évoluer et être reconnues sera longue, en France elles n‘obtiennent le droit de vote qu‘en 1944, en 1965 une épouse peut travailler sans l‘autorisation de son mari, la première femme au Panthéon sera admise en 1995, et avec son mari…

Les échanges nombreux et fructueux entre la France et Rabat se poursuivent sur cette condition féminine, en Europe et au Maroc, et son évolution.

                                  M Aubry, C Caron, C Lapostolle, C Maitre, M Patouillet, C Robert,  F Soulier.


ECHANGES LITTERAIRES AVEC RABAT

Notre communauté Lycéenne internationale s’est enrichie récemment d’un club à Rabat. Ayant eu l’occasion de rencontrer lors du dernier Congrès à Stockholm certains membres et notamment Selwa Chraibi, présidente fondatrice du club de Rabat, j’ai constaté que nous partagions, outre l’usage de la même langue, une passion commune pour la littérature.

L’idée m’est donc venue d’organiser des échanges littéraires entre les clubs français et le club de Rabat. Il me semblait que cela donnerait une agréable concrétisation à l’ouverture internationale qui caractérise notre association et permettrait de développer des liens amicaux dans la perspective des rencontres futures puisque Rabat accueillera le prochain congrès triennal en 2022.

Selwa Chraibi a accueilli ce projet avec beaucoup d’enthousiasme et d’amitié. Restait à trouver le moyen matériel de lui donner forme.

C’est finalement la pandémie, en nous obligeant à nous familiariser avec l’outil numérique, qui est venue nous apporter le moyen d’échanges faciles et réguliers !

Nous avons donc démarré avec un rythme mensuel de rencontres sur le principe suivant : Rabat et un club français interviennent à tour de rôle sur un livre ou un thème choisi en amont. Les présentations, réflexions et commentaires sont mis en commun avec des éclairages culturels complémentaires et enrichissants.

Lors des premières rencontres, le club d’Orléans a présenté Âme Brisée d’Akira Mizubayashi, roman dans lequel la musique joue un rôle majeur et dont l’écriture est la partition au fil de laquelle l’âme du narrateur se reconstruit…En parallèle, Narjess Ghachem-Benkirane a évoqué les demeures et jardins secrets de Marrakech, un thème qu’elle a retracé en texte et images dans un très bel ouvrage dont elle est l’auteur. Une belle approche d’une atmosphère et de lieux que les lycéennes marocaines s’apprêtent à nous faire découvrir en mai prochain.

Franz Schubert : the String Quartet n°13 in A minor - I. Allegro ma non troppo

C’est ensuite le club de Limoges qui, de façon concertée avec Rabat, a choisi et présenté de façon très fouillée l’ouvrage de Mahi Binebine, « Le fou du roi », récit de l’histoire familiale de l’auteur, présent lors de cette rencontre grâce aux Lycéennes de Rabat qui avaient sollicité son intervention. Homme lumineux, charismatique, jovial, qui a éclairé les échanges de son témoignage personnel et conféré une tournure tout à fait exceptionnelle et privilégiée à ce moment.

https://youtu.be/fnAmrF7z5VQ

Mahi Binebine

Dernière rencontre avant l’été, celle entre Rabat et Paris. Nous avons découvert avec beaucoup de plaisir et d’intérêt les différentes Portes de la ville de Rabat grâce à la mère de Selwa qui a raconté l’histoire de ces différentes architectures. Le club de Paris a ensuite présenté l’ouvrage de Tahar Ben Jelloun, « Lettres à Matisse et autres écrits sur l’art », dans lequel l’auteur tire le fil de l’inspiration créatrice trouvée dans cette terre marocaine par un certain nombre d’artistes. Il y développe aussi avec infiniment de finesse l’analyse de ces inspirations respectives et son propre rapport avec l’art.

Autant d’échanges précieux, gratifiants qui nous ont procuré à toutes un réel bonheur, à la fois intellectuel mais enraciné aussi dans le partage d’une amitié et d’une culture que nous apprécions de façon universelle.

Dans ces échanges se trouve la mise en application de la philosophie du Lyceum. Chacune d’entre nous, au-delà des frontières, reçoit et grandit grâce à l’implication des autres.

C’est donc avec impatience que nous attendons la reprise de ces rencontres.

En septembre, les Lycéennes de Rabat ont souhaité aborder le thème malheureusement universel  des violences subies par les femmes autour de l’ouvrage « Pourvu qu’il soit de bonne humeur » de Loubna Serraj en présence de l’auteur.

Nous poursuivrons ensuite au fil des mois ces échanges sur des sujets variés, portés par les clubs suivants. Beaucoup de plaisir en perspective …

Isabelle Bertrand