JAMES BOND ET LA GUERRE FROIDE

 Par Sébastien Bertrand - Professeur d’histoire en classe préparatoire au lycée Janson de Sailly

Sébastien Bertrand

Après James Bond et les femmes, l’année dernière, Sébastien Bertrand est venu évoquer James Bond et la guerre froide.

Le terme guerre froide désigne la période d’hostilité qui a opposé les USA et l’URSS après la 2ème guerre mondiale jusqu’à la dissolution de l’URSS en 1991. Elle a revêtu différentes formes d’affrontements : compétition économique, conquête de l’espace, guerres par alliés interposés et guerre des espions.

Les espions ont rapidement quitté l'anonymat pour retrouver les rayons des librairies, les écrans de cinéma et de télévision.

I JAMES BOND SYMBOLE DE LA GUERRE FROIDE

Entre 1953 et 1964, en pleine guerre froide avec la crise des fusées de Cuba en 1962, Ian Fleming écrit 21 romans et 16 nouvelles. On compte aussi 26 films officiels dont 16 réalisés entre 1962 et 1989.

1-1 James Bond, un enfant de la guerre froide mais sans guerre froide, il n’y aurait jamais eu d’agent 007 et ce pour 3 raisons :

  • Son créateur Ian Fleming (1908 - 1964) qui a été pendant la 2ème guerre mondiale le directeur de cabinet du contre-amiral John Godfrey, chef des services de renseignement de l’amirauté britannique et à ce titre qui a travaillé avec les services secrets de la Marine britannique.
  • Le succès des romans d’espionnage qui sont extrêmement lus et appréciés depuis la fin de la 2ème guerre mondiale.
  • Le contexte de publication :  en 1953 paraît Casino royal, année de la mort de Staline.

 On sait peu de choses sur James Bond. Les romans nous indiquent qu’il est né vers 1920, qu’il a des origines écossaises et qu’il est entré dans les services secrets britanniques. Il devient 00 en accomplissant 2 missions décrites dans le 1er roman. Le 1er 0 signifie qu’il est autorisé à tuer, le 2ème qu’il l’a déjà fait.

1-2 James Bond, un héritier de la 2ème guerre mondiale

La seconde guerre mondiale est très présente dans les romans.

Fleming précise que Bond est entré dans la Marine britannique en 1941 au paroxysme de la guerre et qu’il en est ressorti avec le grade de commandeur.

La description du "Spectre", l’organisation criminelle que James Bond combat n'échappe pas à de nombreuses références qui sont liées à la guerre et  à des régimes totalitaires. Le Spectre est formé d’anciens membres de la gestapo et son chef Blofeld évoque à la fois Mussolini et Hitler.

II LES FILMS

2-1 La période 1953-1962, la coexistence pacifique.

Inaugurée par la mort de Staline en 1953, elle est caractérisée par un apaisement relatif mais traversée par les crises de Berlin en 1958 et en 1961 avec la construction du mur, la crise de Cuba en 1962 et des tensions diplomatiques très fortes.  James Bond est un agent britannique et Ian Fleming va faire de l’URSS son 1er ennemi. Dans 6 romans, 007 est opposé à l'union soviétique par l’intermédiaire du SMERSH (organisation de contre-espionnage soviétique qui a réellement existé). Docteur No (1962) et bons baisers de Russie (1963) font écho à ce contexte tendu. Docteur No est un scientifique qui sabote des fusées spatiales américaines. Dans bons baisers de Russie, les russes cherchent à s’emparer d’un appareil de décryptage.

2-2 La période 1962-1975, la détente

James Bond apparaît comme beaucoup moins offensif. Ian Fleming est mort en 1964, les films s’éloignent des romans. C’est une période de détente marquée par des rencontres entre les chefs d’états (en 1973 Nixon et Brejnev) et la signature des accords SALT en 1979 entre Carter et Brejnev sur la limitation des armes stratégiques. 

Cette période correspond à un succès planétaire pour la saga James Bond, 9 films sont produits entre 1964 et 1979. Seuls 2 traitent de la guerre froide avec un lien très clair avec la détente. En 1967 : on ne vit que 2 foiset en 1977 : l’espion qui m’aimaitoù les services secrets soviétiques coopèrent avec les britanniques pour découvrir qui se cache derrière un kidnapping de sous-marin. 

2-3 La période 1977 -1987, la guerre fraîche

 L’union soviétique mène une politique offensive et installe à ses frontières des missiles à tête nucléaire de moyenne portée les SS 20, pouvant atteindre l’ensemble des États de l'Europe occidentale membres de l’OTAN. En 1979, elle intervient en Afghanistan. Cette période de tension est marquée par la reprise de la course aux armements.

Reagan lance en 1983 l’initiative de défense stratégique dite guerre des étoiles. Dans un contexte aussi tendu, James Bond retrouve sa combativité.  4 films sortis entre 1981 et 1987 font clairement allusion à la guerre froide. Rien que pour vos yeux (1981), Octopussy(1983), dangereusement vôtre(1985), tuer n'est pas jouer(1987).

Octopussy fait référence à la crise des euromissiles et tuer n’est pas jouer à la guerre en Afghanistan et aux espions transfuges.  Dans rien que pour vos yeux en 1981, les soviétiques cherchent à récupérer le système ATAC, sorte de décrypteur utilisé par le ministère de la défense britannique pour diriger sa flotte de sous-marins chargés de missiles nucléaires. 

A partir de 1987, on entre dans une nouvelle période. Le traité de Washington sur le désarmement est signé en décembre par Reagan et Gorbatchev, le mur de Berlin tombe en 1989 et Gorbatchev démissionne en 1991.

III LA GUERRE FROIDE REVISITÉE PAR JAMES BOND

3-1 L’URSS amie ou ennemie

Au départ, l’union soviétique apparaît comme une ennemie dans les romans via le Smersh mais sa perception dans les films est beaucoup plus mouvante.

Le personnage du général Gogol, chef du KGB coopère à plusieurs reprises avec les services secrets britanniques. En 1985, il décore James Bond de l’ordre de Lénine (dangereusement vôtre).

3-2 Le Spectre (Service Pour l’Espionnage, le Contre-espionnage, le Terrorisme, la Rétorsion et l’Extorsion)

Les auteurs des films comme l’écrivain Ian Fleming vont mettre en scène une organisation criminelle qui va présenter quelques liens avec l’union soviétique mais qui apparaît comme une superpuissance de l’ombre qui vise à dominer le monde tout en recherchant le profit. Plus que les soviétiques, elle est le principal ennemi de Bond.

3-3 God save the Queen and James Bond save the world

James Bond est un agent britannique, il sauve le monde et va ramener le Royaume Uni au 1er plan et lui offrir la place d’honneur. Dans l’espion qui m’aimait en 1977, il est l’incarnation d’un Royaume Uni, puissance nucléaire. Dans Rien que pour vos yeux en 1981, apparaît une actrice incarnant Margaret Thatcher.

De 1995 à 2002, tous les films de l’ère Pierce Brosnan font référence à la guerre froide bien qu’elle soit terminée. Des films où règne un petit parfum de nostalgie un peu comme s’il était difficile à James Bond de dire adieu à la guerre froide. Le lien sera rompu ensuite.

Peut-être faut-il considérer James Bond comme un divertissement qui permettait aux spectateurs à défaut d’oublier la guerre froide d'en relativiser sa portée par quelques heures d’évasion.

Christine O'Mahony


ANGELA MERKEL - BILAN D’UN DESTIN POLITIQUE

Par Garance Soulié - Agrégée d’allemand, enseignante en classes préparatoires

ANGELA MERKEL

Angela Merkel a un parcours hors du commun, non seulement parce qu’elle est la seule femme à avoir occupé le poste de Chancelière mais aussi par sa longévité au pouvoir, 4 mandats successifs de 4 ans de 2005 à 2021 et une côte de popularité qui atteint 70% d’opinion favorable à son départ.

Ses vies personnelle et politique sont en miroir du destin de l'Allemagne. Quel bilan peut-on dresser de son action et quelle image présente-t-elle en Allemagne et à l’étranger.

La jeunesse d'Angela Merkel

 Vie personnelle :

Elle est née Angela Kasner à Hambourg le 17 juillet 1954, fille d’un père pasteur luthérien et d’une mère institutrice. Elle passe son enfance à Templin dans le Brandebourg en Allemagne de l’est où son père prend la direction d’un séminaire qui deviendra un centre de formation et où seront accueillis des handicapés. Elle grandit dans ce contexte de l’attention à autrui. Comme la plupart des élèves de RDA, elle participe au mouvement de la jeunesse communiste ce qui est pratiquement un passage obligatoire. Très brillante, elle entreprend des études de physique à l’université de Leipzig jusqu’en 1978. Elle parle anglais et russe couramment et connaît parfaitement la culture russe.

Après ses études, elle part pour Berlin, travaille à l’académie des sciences et prépare une thèse de doctorat en chimie quantique qu’elle soutient en 1986.

Vie politique :

En 1989, c’est la chute du mur de Berlin. Différents mouvements se créent dont "le renouveau démocratique". Après la réunification de l’Allemagne en octobre 1990, le renouveau démocratique se fond dans la CDU et Angela Merkel est élue dans une circonscription de l’est de l’Allemagne. Sous la chancellerie d'Helmut Kohl, elle devient successivement ministre des Femmes et de la Jeunesse (1991-1994), puis de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sécurité nucléaire (1994-1998). En 2000, elle est élue Présidente de la CDU, suite au scandale des caisses noires dans lequel Helmut Kohl est impliqué.

En 2005 elle est élue Chancelière, avec le soutien d’une coalition entre les conservateurs et les sociaux-démocrates.  Elle devient la 1ère Chancelière d’Allemagne, la plus jeune et la 1ère originaire de l'Allemagne de l’est. Quatre mandats vont suivre.

Bilan

Les faits marquants

En 2007, elle fait changer d’avis Georges Bush sur la question du réchauffement climatique,

En 2008, la crise financière de l’euro conduit à un renforcement de la coopération européenne notamment entre la France et l’Allemagne, la création d’un frein à l’endettement et le renforcement du pacte de stabilité, 

En 2011, suite à la catastrophe de Fukushima, elle décide la sortie de l’Allemagne du nucléaire,

En 2015, devant l’afflux massif des réfugiés syriens, sa politique migratoire est vivement critiquée.

En 2017, elle doit faire face à un refus de coalition entre les conservateurs et les sociaux-démocrates et se retrouve dans l’impasse pour former son gouvernement.

En 2020, elle gère la crise sanitaire, en scientifique. L’Allemagne connaît moins de morts que la France pour une population supérieure,

En 2021, les sociaux-démocrates gagnent de peu les élections et Angela Merkel décide de ne pas briguer un nouveau mandat.

Son image :

Surnommée "Mutter" pour son côté apaisant, Angela Merkel tranche avec les personnalités politiques qui la précèdent. Elle s'inspire des valeurs du protestantisme notamment le travail, l’humilité, la simplicité, l’attention aux autres. Elle a aussi grandi à l’est et en connaît les codes, d’où son goût du secret et de la retenue. C’est une scientifique pragmatique, elle recherche des solutions concrètes et ne reste pas campée sur des idéologies. C’est aussi une habile tacticienne, elle a le sens du compromis, de par sa vision personnelle mais aussi du fait du système politique allemand qui ne peut fonctionner que par des accords de coalitions.

En Allemagne

Angela Merkel a transformé le paysage politique de la droite vers le centre et a repris un grand nombre de mesures de ses partenaires de coalition (la sortie du nucléaire, la fin du service militaire obligatoire, l’introduction du smic,).

En 2005, l’Allemagne connaissait une situation de récession due à la réunification. Sous l’ère Merkel, elle est devenue la première puissance économique en Europe et la 4ème mondiale grâce à la force de son industrie. Mais elle souffre d’une faiblesse de ses infrastructures due à un manque d’investissement et accuse un retard important dans le numérique.

Une partie de l'opinion publique lui a reproché une politique d’attentisme et à court terme, son austérité dans la crise grecque, sa politique féministe trop tardive, la montée des extrémismes et un bilan climatique en demi-teinte. L'éolien atteint ses limites et l’Allemagne reste très dépendante du gaz russe.

A l’étranger.

La situation de l'Allemagne sur la scène internationale s’est normalisée après la chute du mur.  Elle est engagée sur de nombreux fronts aux côtés de l’OTAN.

En Europe, Angela Merkel a géré la crise financière de manière à maintenir la Grèce dans la zone euro,

Aux USA, proche de Barack Obama, elle s’est opposée à Donald Trump.

En Russie, elle connaît bien la Russie, mais Poutine rejette le multilatéralisme et reste dans le rapport de force. Les relations sont complexes,

Avec la Chine, de plus en plus importante sur le plan commercial, c’est le 2eme client de l’Allemagne. Angela Merkel soigne ses relations avec la Chine sans renoncer à évoquer les droits de l’homme et la situation des Ouïghours. 

 Pendant ses 16 années de pouvoir, Angela Merkel aura été une des femmes les plus influentes du monde et un leader sur la scène internationale.

Christine O'Mahony


LE MYTHE D’ORPHÉE DANS L’OPERA PAR CHRISTIAN ROY – CAMILLE, musicologue et professeur certifié de littérature. 

Durant près de deux heures, Christian Roy-Camille captiva son auditoire en retraçant l’histoire du Mythe d’Orphée et son lien avec l’opéra, l’agrémentant d’intermèdes musicaux.

Le mythe d’Orphée est un thème issu d’un mythe grec traversé par la littérature, la peinture, la musique, le cinéma. Il vient du plus profond de l’antiquité grecque. Les premiers textes le mentionnent au VIe siècle AC.

 

Orphée - L'influx

Orphée a le don de charmer les hommes, les bêtes, les étoiles, les pierres.  Par l’enchantement de sa lyre, il est présenté comme un passeur entre les mondes.

Il est le premier des poètes et des musiciens.

Christian Roy-Camille nous explique que l’opéra est l’alliance entre le verbe et la musique, appelé aussi “l’art lyrique”.

Son histoire : Orphée est le fils de Calliope, muse de la poésie. Il doit épouser la nymphe Eurydice. Le jour de ses noces, pour échapper à Aristée qui l’importune, Eurydice est piquée par un serpent en s’enfuyant et meurt.

Orphée poursuit sa bien-aimée et demande aux dieux d’entrer dans un monde interdit et de ramener Eurydice à la clarté du jour. Émus, les dieux acceptent à condition qu’il ne se retourne pas et ne la regarde pas. En revenant, sur le long couloir qui le ramène à la lumière, il ne respecte pas sa promesse et perd à jamais Eurydice. Il est inconsolable. Rejetées par Orphée, les Bacchantes se vengent, le décapitent et le démembrent. Il sera recousu par les muses et déposé au pied du mont Olympe où règnent les dieux. Sa lyre rejoindra les cieux et deviendra la “constellation de la lyre”.

On retrouve ce thème de la descente aux enfers dans les civilisations égyptienne et chrétienne. Tous les opéras le reprendront. La musique va sublimer le mythe.

La musique :

Le premier opéra  répertorié  est “Euridice“de Jacopo Peri. Il est créé en 1600 à  Florence au palais Pitti à l’occasion du mariage par procuration d’Henri IV et de Marie de Médicis.

C’est un chant déclamatoire, la musique accompagne le verbe , elle est ponctuée et passe au second rang.

 

Nous écoutons Les stances d’Orphée, c’est un déroulement de guirlandes d’arabesque et vocalises par le baryton Philippe Huttenlocher de l’ensemble Monteverdi de Zurich sous la direction de Nikolaus Harnoncourt.

Dans le dernier acte, Orphée n’est pas déchiré par les Bacchantes.  Apollon l’invite à le rejoindre. C’est le premier duo masculin de l’opéra entre baryton et ténor.

En 1647, “Orfeo“,de Luigi Rossi. Le premier à atteindre la France. Il sera donné au Palais Cardinal en l’honneur de Mazarin. Nous retrouvons toutes les étapes de la vie d’Orphée de sa naissance à son apothéose.

Au 18ème siècle, Gluck va faire la charnière entre l’école italienne à vocalises et l’école française plus solennelle et déclamative. En 1762, il crée à Vienne, “Orphée et Eurydice”. Il était le professeur de clavecin de Marie Antoinette qui lui demande  en 1774, d’en écrire  une version française.

L’air le plus célèbre “j’ai perdu mon Eurydice, rien n’égale mon malheur”, est interprété ici par Anne Sofie Von Otter avec l’orchestre de l’Opéra de Lyon sous la direction de John Eliot Gardiner. 

En 1791, “L’anima del filosofo ou Orphée et Eurydice ” est le dernier opéra de Haydn. C’est une œuvre de l’esprit des Lumières. La pensée et la raison sont supérieures aux amours terrestres. Elle ne sera jamais interprétée du vivant Haydn et ne sera créée sur scène qu’en 1951 à la Scala de Milan avec Maria Callas dans le rôle d’Eurydice.

Nous écoutons Cécilia Bartoli dans le rôle d’Orphée avec “the académy of 0ancient music” sous la direction de Christopher Hogwood.

En 1858, au théâtre des Bouffes parisiens, Jacques Offenbach, compositeur du second Empire, crée Orphée aux enfers. C’est un opéra bouffe irrévérencieux où l’on rit. En se moquant des dieux de l’Olympe et des grands mythes, il se moque aussi de la politique contemporaine.

Dans le livret, Orphée est un violoniste raté et ringard. Eurydice et lui se détestent. Pluton veut garder pour lui Eurydice mais Jupiter s’en mêle. Pour la séduire, il descend aux enfers et se métamorphose en mouche.

Tout finit par un galop final qui est repris en french cancan.

Nous écoutons le duo de la mouche interprété par la soprano Nathalie Dessay et le baryton Laurent Naouri sous la direction de Marc Minkovsky.

Au début du 20ème siècle,  Darius Milhaud, les malheurs d’Orphée

En 1993, Philippe Glass, maître de la musique minimaliste et répétitive, écrit un Orphée.  Cette œuvre fait partie d’une trilogie dédiée à Jean Cocteau (la belle et la bête, les enfants terribles, Orphée).

 

Le cinéma intervient aussi :

 

  •  L’homme à la peau de serpent avec Marlon Brandon et Anna Magnani adapté d’une pièce de Tennessee Williams.
  • Parking de Jacques Demy,
  • Orphée de Jean Cocteau avec Maria Casarès où Orphée est à la fois amoureux d’Eurydice et d’une femme qui symbolise la mort. Orphée traversera le miroir vers l’éternité.

Nous traversons les mers pour retrouver Orphée qui nous mène au Brésil.  Orfeu da Conceiçao, d’après une comédie musicale de Vinicius de Moraes, un des plus grands compositeurs brésiliens.

Cette comédie musicale a donné lieu au film Orfeo Negro, de Marcel Camus, palme d’or du festival de Cannes en 1959. A la fin du film, Orphée prend sa guitare et joue la Manha de Carnaval qui en est le thème central.

Nous terminons en écoutant les accords de la guitare d’Orphée interprétés par Carlos Jobim.

Le mythe d’Orphée traversera les siècles.  Tout est possible, l’amour humain mais aussi l’amour éternel, l’amour qui transcende tout.  Le mystère de l’amour est plus grand que le mystère de la mort.


RENCONTRE A GIEN ET BRIARE

Durant 2 jours nous avons accueilli et piloté nos 6 amies troyennes leur faisant découvrir 2 villes emblématiques de notre département.

Aussitôt mes retrouvailles faites, nous visitons le matin le Château Musée de la Chasse

Édifié à la fin du XVème siècle par Anne de Beaujeu, fille de Louis XI et régente de France, le château abandonne l'aspect défensif du Moyen-Age au profit du confort de la Renaissance. François Ier, Catherine de Médicis, Charles IX ou encore Louis XIV et sa cour y ont séjourné. Il est acheté au XIXème siècle par le département du Loiret pour y installer la sous-préfecture, le tribunal et la prison. Depuis 1952, le château sert d'écrin au Musée de la chasse, qui lui seul peut être visité.

Bien que spécifique, le Musée International de la Chasse intéresse chasseurs et non chasseurs. Il conserve des collections dont la teneur s'attache, à travers plus de 5000 objets et œuvres d'art, à retracer les techniques et coutumes cynégétiques employées depuis le Moyen Âge jusqu'à nos jours : vènerie, fauconnerie, chasse à tir, piégeage de façon à les rendre accessibles à tous et replacer l’histoire de la chasse au cœur du Val de Loire.

Est également présentée une sélection d'œuvres d'art (peintures, tapisseries, dessins, gravures, sculptures, céramiques du XVIème au XXème siècle) traitant de ce sujet.

Le musée présente au public la plus grande collection de boutons de vénerie de Charles Daguilhon-Pujol, ainsi que les collections de trophées de Claude Hettier de Boislambert et François de Grossouvre.

S’en suit une halte bienvenue au Café Bouche B où nous nous régalerons de produits du terroir.

L’après-midi sera consacrée à la visite du Musée de la Faïencerie.

Situé dans une ancienne cave à pâte du XIXème siècle, le Musée retrace 200 ans d’histoire de la faïencerie et de son aventure artistique, humaine et industrielle à travers des pièces variées en termes de décors, formes et techniques. C'est un lieu vivant qui montre comment la façon de se nourrir influe sur les arts de table. On y trouve aussi des pièces faites pour les différentes expositions universelles ainsi qu'une impressionnante collection de barbotines.

Il vient d’être entièrement modernisé et restauré. Son inauguration officielle a eu lieu le 6 décembre dernier, après de longs mois de fermeture.

Au premier étage, une nouvelle salle de 300 m² présente les pièces créées à l’occasion du bicentenaire de la faïencerie créée en 1821 et les incontournables de la marque.

Une « matériauthèque », à l’image de ce qui a été fait au château d’Azay-le-Rideau (Indre-et-Loire), donne le loisir aux visiteurs de mettre les mains dans le sable, l’argile ou le kaolin, ingrédients entrant dans la composition de la faïence et utilisés par les maîtres artisans. Enfin, deux studios d’accueil pour des artistes en résidence ont été aménagés dans les étages.

La Faïencerie de Gien, quant à elle, fabrique de la vaisselle de table en faïence et des objets de décoration, dont certains sont encore peints à la main.

Puis, départ pour Briare. Après une agréable soirée passée au Petit Saint Trop et une nuit réparatrice à l’hotel du Cerf, nous visitons Jeudi matin le Musé des deux Marines et du Pont Canal sous la conduite d’un bénévole passionné nous a permis de percer tous les secrets de son célèbre pont canal et de ses écluses, merveilles de technique d’avant-garde.

On s’y croirait presque ! Ici, un quai de Loire reconstitué, là des coques de bateaux, des nasses et des cordages, plus loin des échoppes de sabotier, charpentier, tonnelier…, mais aussi des bourdes, des plans et autres documents d’époque. En six salles et quatre petits films thématiques que l’on lance à tous moments, ce musée raconte l’histoire de Briare, cité batelière située au croisement de la Loire, du canal de Briare et du canal latéral à la Loire.

Parmi les remarquables maquettes exposées, on ne manquera pas celle animée du célèbre Pont-canal, véritable chef d’œuvre de pierre et d’acier reliant le canal de Briare au canal latéral depuis 1896 et qui n’est pas sans rappeler le pont Alexandre III à Paris.

Suivra au pas de course la visite du Musée des Emaux situé à 5 mn à pied qui présente l’épopée industrielle de la Manufacture de Briare, depuis sa création en 1837, jusqu’à son épanouissement sous l’ère de Jean-Félix Bapterosses et de ses descendants.

On aura la chance d’y découvrir des machines utilisées autrefois au sein de l’usine de Briare ainsi que de nombreux documents d’archives relatifs à l’histoire de la Manufacture de Briare avec par exemple, une aquarelle représentant la Manufacture de Briare en 1875 et illustrant le développement de l’usine au tournant du XXème siècle, les machines servant à la fabrication des boutons et des perles, un four d’époque mais aussi des photographies d’ouvriers, des dessins techniques de mécaniques et bien d’autres documents inédits.

Le musée de la Mosaïque et des Émaux de Briare expose également une large collection de mosaïques en Émaux de Briare rattachée au Modern Style. Parmi les plus célèbres mosaïques citons les œuvres d’Eugène Grasset (1845-1917), ornementaliste français, précurseur de l’Art Nouveau, qui collabora avec la Manufacture de Briare et réalisa, entres autres, les mosaïques ornant l’église Saint-Étienne de Briare.

Petit train de Briare - Accueil

Après une halte à l’hydropathe, une balade en petit train touristique

sous un froid glacial le long des canaux nous offrit une vision de Briare, loin des sentiers battus.

Ces deux jours furent pour nous l’occasion d’échanges amicaux interclubs qui demeurent une dimension importante du Lyceum.

 

Le Canal de Briare


LA COLLECTION MOROZOV

CONFÉRENCE DU 16 NOVEMBRE 2021

LA COLLECTION MOROZOV PAR VALÉRIE VAN WONTERGHEM LES ICÔNES DE L’ART MODERNE A LA FONDATION LOUIS VUITTON

L'exposition "les icônes de l’art moderne comprend deux volets :

  • En 2016, la fondation Louis Vuitton a rendu hommage au collectionneur Sergueï Chtchoukine,
  • Cette année, c’est la collection des frères Mikhail et Ivan Morozov qu’elle nous invite à parcourir

Par le biais de photos et d’une première galerie de peintures, l’exposition commence par une présentation de la famille Morozov.

La FAMILLE

C’est une famille d’origine serve de la région de Moscou. Quand l’arrière-grand-père se marie, il demande à son propriétaire, l’autorisation de créer un atelier de rubans de soie avec la petite dot de sa femme. Les affaires prospèrent et la famille rachète son indépendance. Le servage n’est aboli en Russie qu’en 1861.

Ivan Morozov

Comme le reste de la famille, le père Abraham fait partie des vieux croyants, qui sont des adeptes des anciens rites de l'Église orthodoxe et persécutés. La manufacture s’agrandit, la famille fait fortune. Les Morozov exportent des textiles et cotonnades jusqu’en Chine et en Iran. Abraham Morozov meurt très tôt.

La mère Varvara est une femme assez extraordinaire. A la mort de son mari, elle gère les affaires familiales.

Elle est progressiste et s’attache à des œuvres de bienfaisance. Elle fait construire un hôpital psychiatrique, finance des écoles pour les enfants défavorisés et des foyers pour les ouvriers âgés et malades. Elle tient aussi un salon littéraire et fait œuvre de mécénat. Elle donne une très bonne éducation à ses fils. Deux fois par semaine, ils suivent des cours de peinture auprès de Korovine.

LA COLLECTION DE MIKHAIL

C’est par lui que tout commence, l’aîné Mikhail naît en 1870 et suit des études littéraires. C’est un bon vivant, personnage excessif qui adore la vie. Marié, il vit à Moscou dans un hôtel particulier de style pompéien.

Il commence sa collection par les artistes russes qui sont ses conseillers et ses amis, Serov, Korovine, Vroubel (la princesse cygne).

C’est une génération marquée par une palette plus claire, la peinture en extérieur et des vues plongeantes.

Il va régulièrement à Paris au théâtre et à l’opéra.

Ses premiers achats ont lieu dans les années 1890. Il a 20 ans.

Van Gogh aux Saintes-Maries de la Mer — Wikipédia
"la mer aux Saintes Maries de la Mer". Van Gogh
  • Auguste Renoir, portrait en pied de Jeanne Samary qui joue les soubrettes à la comédie française. Ce premier portrait est assez conventionnel.
  • Manet, "le bouchon". C’est le premier Manet à entrer dans la collection. Tableau très libre par sa construction en diagonales, 2 verres, 2 bouteilles, 2 personnages. L’homme est en contraste chromatique.
  • Monet, "champ de coquelicots" caractéristique de la révolution impressionniste par sa peinture en extérieur, claire, avec des touches éclatées qui utilisent les complémentaires.
  • Il est le premier à faire entrer des Gauguin et des Van Gogh dans les collections russes.
  • Van Gogh, "la mer aux Saintes Maries de la Mer". Van Gogh se trouve à Arles. Il a la révélation de la flore et de la lumière méridionales. Il veut voir la mer et l’effet bleu cobalt sur le paysage.
  • Gauguin, il achète 2 Gauguin : "paysage avec 2 chèvres" et "la pirogue''.
  • Il achète aussi des post impressionnistes, le nabi Pierre Bonnard "derrière la grille", surnommé le japonard, il joue sur la planéité, le regard est arrêté par la barrière. Le Fauve, Louis Valtat. Et aussi Toulouse Lautrec (affiche d’Yvette Guilbert chantant). En quelques coups de pinceaux, Yvette est identifiée par le public.

Il meurt en 1903 à l'âge de 33 ans. En moins de 10 ans, il a acquis 44 œuvres russes et 33 œuvres françaises.

LA COLLECTION D’IVAN

Il y a une connexion entre les collections des 2 frères par les choix des artistes, les thématiques, les couleurs.

"la gelée à Louveciennes" de Sisley

Ivan a un an de différence avec son frère. C’est lui que sa mère juge le plus apte à reprendre l’entreprise familiale. Il fait des études à l'école polytechnique de Zurich.

Son premier voyage à Paris date de 1903, année de la mort de son frère.

  • Il achète sa 1ère toile impressionniste auprès de Durand- Ruel, "la gelée à Louveciennes" de Sisley, une palette assez claire avec une organisation par plans.

Puis des Renoir, "la Grenouillère" à Croissy sur Seine, jeux de lumières, éclatement de la touche, "sous la tonnelle au moulin de la Galette" et comme en réponse à son frère un portrait de Jeanne Samary.

  • Dans la salle des paysages : Monet, "l’étang à Montgeron" et deux décors commandés par la famille Hoschedé, peintures du plein avec une barrière végétale et du vide où le paysage s’ouvre sur une pièce d’eau. La commissaire de l’exposition essaie de créer des liens entre les paysages russes (le lilas de Vroubel) et français.

"l’étang à Montgeron" Monet

  • Salle dédiée à Cézanne : c’est son peintre préféré. Il achète 18 tableaux de manière pédagogique et didactique, chaque œuvre illustrant une période de l'artiste. "les bords de la Marne à Pontoise" avec Pissaro, " autoportrait à la casquette", "l’homme à la pipe", "paysage bleu", "la montagne Sainte Victoire".
  • Salle Van Gogh : "la vigne rouge "seul paysage de Van Gogh vendu de son vivant. "La ronde des prisonniers", Van Gogh reprend une gravure de Gustave Doré qui critique les conditions d’incarcération dans les prisons britanniques ; deux couleurs, le bleu,et le jaune avec une perspective plongeante qui fait écho à l’enfermement qu’il a connu à Saint Remy.
  • Salle Gauguin : ce sont des tableaux de la période tahitienne, " la parlotte", conversation ritualisée, " nature morte aux perroquets", où on sent la mort roder. Quand il arrive à Papeete, Gauguin est excessivement déçu. Il pense trouver un monde primitif et trouve un monde colonial. Il rentre à l’intérieur du pays et observe les locaux.
  • LA DÉCORATION DE L'HÔTEL MOROZOV DE 1907 A 1912 :

Ivan Morozov demande à Maurice Denis de décorer son salon de musique. Maurice Denis exécute des panneaux représentant l'histoire de Psychée.

A la suite de cette 1ere commande, il décide de faire réaliser un décor au-dessus de son escalier. Pierre Bonnard réalise un triptyque, Méditerranée, qui fait partie intégrante de l’architecture. Ivan Morozov fera plus tard compléter cette commande par des panneaux représentant les saisons.

  • LES DERNIERS ACHATS

Salle Matisse : Chtchoukine pousse Ivan Morozov à acheter des Matisse. Morozov comprend la correspondance entre Cézanne et Matisse. Il fait entrer dans sa collection des natures mortes, "nature morte à la danse".

Morozov lui commande 2 paysages et une nature morte. Matisse réalise en réponse le triptyque marocain, "la vue de la fenêtre " Zorah sur la terrasse" et " la porte de la Casbah", c’est une symphonie de bleus.

Valentin Serov peint son portrait devant une nature morte de Matisse. Picasso : il achète trois tableaux qui sont des œuvres de basculement,

-"les saltimbanques", image qui entame la période bleue avec des visages cernés et des corps imbriqués.

-"L’acrobate à la boule", qui entame la période rose. La puissance de l’homme au premier plan et sa stature hiératique contrastent avec la fragilité, la grâce et le déséquilibre de l’acrobate.

- "Portrait d’Ambroise Vollard", peinture cubiste.

En 1917, c’est la révolution. Les usines sont nationalisées puis les collections. Celles de Chtchoukine et des frères Morozov sont réunies. Ivan Morozov est relégué dans deux petites pièces de son hôtel particulier. Il devient l’assistant du directeur du musée d’art occidental. En 1919, il part et s'installe en Suisse.

En 1948, Staline rédige un décret qui donne 15 jours pour décrocher ces tableaux d’un art décadent. Les collections sont réparties entre les musées russes dans des conditions parfois précaires.

Ivan Morozov meurt en exil à 49 ans.

Le nom des Morozov est rayé des cartels jusque dans les années 1970.


HENRI DE TOULOUSE LAUTREC - PAR PIERRE DU VIGNAUD

AU MUSÉE DES BEAUX-ARTS

Pierre du Vignaud est né à Albi, il est le petit-fils de Gabriel Tapié de Ceyleran, cousin germain d'Henri de Toulouse Lautrec. Au travers d’une chronique familiale, il a choisi de nous relater les années de jeunesse d’Henri de Toulouse Lautrec de 1864 à 1883.

HENRI DE TOULOUSE LAUTREC UNE JEUNESSE DÉTERMINANTE

LES ORIGINES

Autoportrait devant un miroir — Wikipédia

Henri Marie Raymond de Toulouse Lautrec Monfa est né le 24 novembre 1864 à  Albi dans l’hôtel du Bosc.

Ses prénoms sont Henri par conviction légitimiste, Marie par conviction religieuse, Raymond par tradition des comtes de Toulouse dont il représente la 20ème   génération après Raymond V.

LA FAMILLE

Son père, Alphonse de Toulouse Lautrec, élève des Dominicains à  Sorèze et du père Lacordaire est un officier de cavalerie à la personnalité exubérante. Des photos nous le montrent déguisé  en circassien avec un faucon sur le poing,  en écossais et un dessin de son fils en samouraï. Il démissionne de l’armée et s’adonne à la chasse.

Brooklyn Museum

Sa mère Adèle Tapié de Celeyran dont nous voyons un portrait  conservé au musée d'Albi et un dessin de son fils la représentant entourée de ses beaux hortensias. 

 Ses deux grand-mères Gabrielle et Marie d’Imbert du Bosc sont sœurs. Ses parents sont cousins germains.

Son  frère Richard de Toulouse Lautrec n'a vécu que 365 jours.

C'est une famille  unie qui a noué de nombreuses alliances et se réunit entre cousins  dans des lieux de vie. Elle  s’écrit beaucoup d’où les nombreux témoignages (lettres, dessins et photos).

LES LIEUX DE VIE

Sa maison natale à Albi. L’hôtel du Bosc  prend appui sur les anciens remparts de la ville. Il a été remanié en 1864 par l’ajout d’une tour crénelée dans le goût de Viollet-le-Duc. Intéressé par la vitesse et la modernité, Henri de Toulouse Lautrec  peindra le viaduc ferroviaire du Castelvieil depuis la terrasse de la maison.

De 1864 à 1870, Alphonse de Toulouse Lautrec loue le château de Loury pour la chasse. Henri de Toulouse Lautrec y  peint des aquarelles de chasse.

Le château du Bosc, situé à 40 kilomètres au nord d’Albi.

Le château de Celeyran dans l’Aude près de Narbonne. C’est un  domaine viticole de         1 500 hectares. Henri de Toulouse Lautrec y  peint des paysages et des ouvriers agricoles. En 1881, le phylloxera décime la vigne. Le moyen de tuer l’insecte consiste à le noyer en inondant les vignes. Henri de Toulouse Lautrec écrit une bande dessinée "la submersion" qui illustre cette histoire. Il a 17 ans.

Amédée Tapié de Celeyran revend la propriété et achète le château de Rivauldes près de Salbris pour la chasse à courre.

Château de Rivaulde — Wikipédia

En 1883, Adèle de Toulouse Lautrec achète le château de Malromé près d’Arcachon où Henri de Toulouse Lautrec fait de nombreux séjours.

LA MALADIE

Les premiers symptômes sont des maux de tête et des problèmes d’implantation dentaire.

Il souffre d’une maladie génétique  qui était un mystère à son époque. La  médecine lui a donné un nom en 1962 " la pycnodysostose". C’est une maladie des protéines osseuses due à la consanguinité.

Il  y a très peu de cas dans le monde. Elle est considérée comme orpheline.

En 1878 et en 1879, il se fracture successivement le fémur gauche et le fémur droit. Il souffre d’une fragilité osseuse, de douleurs aux jambes et doit marcher avec une canne.

Il fait des cures à Barèges, Amélie les Bains et Nice. Immobilisé, il  lit beaucoup et dessine des séries de portraits de ses grands-mères, ses cousins et de chevaux.

Sa croissance s’arrête à 1,52m.

Très proche de  son cousin germain Gabriel Tapié de Celeyran médecin, il fréquente le milieu médical, les amphithéâtres  et  assiste à des interventions chirurgicales. 

LA FORMATION

René PRINCETEAU (1843-1914) Portrait présumé de Toulouse Lautrec Dessin au  crayon [...] | lot 21 | Peintures Bordelaises #2 chez Briscadieu Bordeaux |  Auction.fr
Portrait présumé de Toulouse Lautrec de René Princeteau

 Il suit  sa mère à Paris et étudie au lycée Fontanes aujourd'hui lycée Condorcet. Il y retrouve son cousin Louis Pascal dont il peindra  plusieurs portraits et rencontre  Maurice Joyant qui deviendra son ami, son galeriste et premier biographe.  Il couvre ses cahiers de dessins. Fragile, il étudie à domicile avec  un précepteur et grâce à sa nurse irlandaise parle couramment anglais.

En 1872, Henri de Toulouse Lautrec devient l’élève de René Princeteau, ami de son père,  peintre animalier sourd de naissance  et originaire de Libourne.  René Princeteau a peint notamment un portrait de Washington,  conservé  dans la résidence de l’ambassade des Etats Unis en France.

En 1882,  il s’inscrit au cours du portraitiste Léon Bonnat et intègre l’atelier de Fernand Cormon où il fréquente  Van Gogh.

DON FAMILIAL

Henri de Toulouse Lautrec est l'héritier d’un don familial artistique depuis au moins 3 générations. Son arrière grand-père, son oncle Charles.

Nous remercions Pierre du Vignaud d’avoir partagé avec nous ses souvenirs familiaux, photos, dessins et correspondance qui nous ont permis d’avoir une approche personnelle de Toulouse Lautrec loin des clichés et légendes.


LES FEMMES MUSICIENNES SOUS L'OCCUPATION

Aurélien Poidevin, professeur agrégé d’histoire à l’Université de Rouen, spécialiste de l’histoire administrative politique et sociale du spectacle vivant aux XIX et XX, s’est fait désirer. Sa conférence a été remise 4 fois, pour cause de grève de train puis en raison de la covid.

Aurélien Poidevin

Durant une heure et demi, il évoque les femmes musiciennes sous l’Occupation, mettant en lumière quatre institutions placées sous le double contrôle d’un Etat « dit français » et d’un occupant particulièrement regardant en matière de vie musicale : le Conservatoire de Paris, la Radio, le Palais Garnier et la salle Favart. 

Tout au long de sa présentation Aurélien Poidevin alterne portraits de musiciennes injustement oubliées, rappel des faits historiques et du fonctionnement des institutions culturelles.

A l’aide d'extraits musicaux et d’archives photographiques, il fait revivre la figure de quelques-unes de ces femmes méconnues dont l’attitude a été bien différente pendant l’occupation.

  • Elsa Barraine, élève de Paul Dukas, compositrice et pianiste, lauréate du prix de Rome. Elle s’engage dans la résistance  et participe à  la création  du Front National des Musiciens Français. Le groupe publie une revue clandestine "Musiciens d' aujourd'hui", qu'elle transporte ainsi que des documents secrets dans le guidon de son vélo.
Elsa Barraine - playlist by ComposHer | Spotify
  • Irène Joachim cantatrice, soprano, elle s’illustre dans le rôle de Mélisande de Pelléas et Mélisande de Debussy. Elle refuse les invitations officielles à participer à des manifestations organisées par les allemands et prend une part active dans la résistance au sein du front national des musiciens.
  •  Germaine Lubin, l’ampleur, la pureté et la qualité de sa voix sont incomparables. Elle incarne les héroïnes wagnériennes et chante aux festivals de Salzbourg et de Bayreuth.  Elle déclenche l’admiration d’Hitler et poursuit sa carrière dans Paris occupée en interprétant le rôle d’Isolde devant les dignitaires nazis.

On la voit photographiée au  côté d’Herbert Von Karajan.   

Elle est arrêtée en 1944 pour faits de collaboration. On lui reproche ses sympathies allemandes et la dénonciation à la gestapo de son couple de jardiniers. Le jury de la cour de justice d’Orléans la condamne à l’indignité nationale et ses biens sont confisqués.

La Réunion des théâtres lyriques nationaux est instituée entre l'Opéra de Paris (salle Garnier) et l'Opéra Comique (salle Favart).

Dès l’annonce de la guerre, l’Opéra ferme ses portes et se replie à Cahors. Il rouvrira très vite ;

Au lendemain de l’armistice, Hitler visite l'Opéra de Paris, l’autorise à reprendre son activité et tente de faire de la musique classique un outil de propagande ; Les Allemands proposent tous les jeudis un concert de musique militaire.

La répression et la censure s’accélèrent. Darius Milhaud, d’origine juive, est qualifié de compositeur d’art dégénéré et contraint de s’exiler aux États-Unis. Son épouse Madeleine Milhaud, librettiste, écrira les livrets de plusieurs de ses opéras.

La résistance musicale s’organise. D’abord symbolique, par de petits gestes. Des notes de chants patriotiques sont glissées dans les partitions.

Francis Poulenc écrit des mélodies sur les poèmes de Paul Eluard (Poésie et Vérité) qui sont tous des textes de lutte, des chansons interdites sont enregistrées.

Des concerts privés et clandestins sont organisés. Ils permettent aux musiciens juifs ou exilés de continuer à travailler et composer.

Pour réaliser cette conférence, Aurélien Poidevin s’est notamment appuyé sur les collections du Musée de la Résistance Nationale de Champigny sur Marne, avec notamment l’agenda 1940 du Service de la Machinerie de Paris. Ce document se révèle être une mine de renseignements pour retracer la vie interne du Théâtre, permettant de mieux comprendre son fonctionnement.

A l’issue de son propos, plusieurs questions furent posées et c’est tout un pan de de notre histoire relativement méconnu qui a été mis au jour, nous donnant l’envie de l’approfondir.


LES FEMMES DANS L'UNIVERS DE JAMES BOND

Quelle est la place des James Bond girls dans les films et comment a t'elle évoluée au fil des années?

La James Bond Girl est souvent présentée comme une potiche, un faire valoir, une femme objet mais c'est aussi une femme d'exception, indépendante, une espionne belle, séductrice dotée d'un caractère affirmé.

UNE FEMME CARICATURALE

1/ Une femme à sauver : la James Bond girl est le prototype de la femme en détresse. James Bond est présenté comme le sauveur du monde. Il enlève la princesse qu'il délivre au mépris quelquefois de sa mission et pour ce faire use de son arme fatale, la séduction. Mais elles ne sont pas toujours sauvées. A 15 reprises, elles sont victimes et périssent de façon spectaculaire.

2/ Une femme désœuvrée : une femme oisive, très riche ou délaissée qui vit aux crochets des autres. C'est un point de départ. Elle se découvre des talents notamment sportifs au fur et à mesure du déroulement du film. Elle plonge, escalade, tire.

3/ Une femme qui ne peut résister à James Bond : il s'opère un jeu de séduction, dîners, joutes verbales. James Bond se fait éconduire au début. Il la relance et use de multiples subterfuges, fausses promesses, faux bijoux, fausse identité. Mais le passage de la James Bond girl est éphémère dans la vie de James Bond. Il n'y a pas d'attachement.

4/ Une femme dénudée, hypersexualisée : elle est souvent peu vêtue. Elle n'est pas toujours filiforme (Ursula Andress sculpturale), ni jeune (Monica Bellucci a 50 ans) Elle est de toute origine noire, japonaise.

5/ Une femme maltraitée : capturée, torturée, manipulée par le méchant, trompée et quelquefois tuée avec des raffinements de cruauté. Son rôle et son image évoluent avec le temps et les mœurs de la société.

UNE FEMME D'EXCEPTION,

1/ une Self made Woman La plupart du temps, elles se sont construites seules. Elles sont indépendantes et travaillent comme psychologue, géologue, informaticienne, médecin, violoncelliste, contrebandière, physicienne nucléaire, dirigeante d'un conglomérat pétrolier.

2/ animée d'un esprit vengeur : elles ont une histoire et souvent un passé douloureux. Elles ont été abandonnées, violées, leurs parents ont été assassinés. James Bond les aide à réaliser leur projet de vengeance.

3/ Une espionne : c'est parfois une espionne, la femme fatale entre toutes. James Bond travaille avec le KGB, les services secrets japonais, le MSS chinois, la CIA et la James Bond girl l'aide dans sa mission. Elle sait se battre. Elle manie l'arbalète, les armes, pilote avions, hélicoptères, navettes spatiales, et sait craquer les codes informatiques. Dans Skyfall, les services secrets britanniques sont dirigés par une femme. Mais elle n'est toujours pas au service du bien et dans ce cas elle finit par incarner un double maléfique de James Bond.

L'ENVERS DU DÉCOR

C'est le cinéma qui a créé la James Bond Girl, pas les romans. La James Bond Girl doit être charismatique et son rôle indispensable au scénario. Elle ne peut pas être une potiche.

Elle a été incarnée par :

● des débutantes, Jane Seymour, Kim Bassinger,

● des talents confirmés, Carole Bouquet, Diana Rigg,

● des stars confirmées, Sophie Marceau, Monica Belluci, Michelle Yeoh. Elles sont en majorité françaises. Dans 7 films, elles ont le rôle principal et acquièrent une célébrité mondiale. Elles sont le porte-drapeau de l'élégance par leurs robes du soir, tenues sportives et bikinis (le bikini d'Ursula Andress à été vendu chez Christie 41 250 livres sterling). La femme bondienne réinvente le bijou. Dans Octopussy, un œuf de Fabergé devient l'enjeu de l'intrigue. Elles utilisent quelques gadgets typiquement féminins: un sac à main radio émetteur, un spray de parfum lance-flammes.

Comment la femme des années 1960 à nos jours a changé James Bond

  • 1960 entre soumission et domination. Sean Connery incarne un James Bond macho, brutal et désinvolte. Il considère la femme comme un objet sexuel et n'hésite pas à gifler. Les femmes sont un peu naïves. Certaines sont aussi indépendantes à l'image d'Ursula Andress : " j'incarnai un nouveau type de femme, athlétique, sportive très loin de Marylin Monroe".
  • 1970 Roger Moore présente un James Bond moins brutal, plus en nuances et ironie, toujours consommateur de femmes. C'est l'époque du mouvement de libération de la femme.
  • 1980 Roger Moore, Timothy Dalton. C'est une décennie de transition avec l'émergence du SIDA. Les femmes sont moins nombreuses et plus actives dans les films. Elles incarnent la mode des années 1980 avec son lot d'extravagances.
  • 1990 Pierce Brosnan La James Bond girl devient chef, elle commande et renvoie James Bond dans ses cordes. En 1999, Sophie Marceau incarne la méchante la plus redoutable, une femme blessée, meurtrie, manipulatrice, très sûre d'elle.
  • Dans les années 2000, Daniel Craig Beaucoup de changement. Les épisodes ne sont plus autonomes. M incarne une figure maternelle, chef des services secrets britanniques. Les femmes présentent une figure plus complexe. Les James Bond girls occupent une place fondamentale dans la saga. James Bond est un homme façonné par ses rencontres avec les femmes.

L'EXPEDITION SHACKLETON - 1914 - 1917

Conférence par Olivier Mignon

2 février 2021

Olivier Mignon a évoqué par Visio conférence avec enthousiasme et brio l’expédition Shackleton qui a duré trois années de 1914 à 1917.

Cette expédition portant le nom prédestiné d’Endurance visait à traverser l’Antarctique de long en large.

Hélas elle fut un échec mais l héroïsme de ses équipiers demande une grande admiration.

Qui était Ernest Shackleton ?
Il est né en Irlande en 1874 et son enfance se déroulait avec une seule passion : qui l’a poursuivi jusqu’à la fin de ses jours 

L’AVENTURE

Il a fait une carrière d’officier de marine brillante avec la devise familiale

     « Par l’endurance nous vaincrons »

Ce n est donc pas par hasard que son bateau et son expédition s appelleront L’endurance.

Il était un explorateur exemplaire hors pair, meneur d hommes

Ses marins l’appelaient « Boss »

Donc prêt et passionné par son projet Shackleton recrute des hommes pour l’accompagner dans cette aventure.

Il fait passer dans les journaux des annonces.

« Recherche hommes pour voyage périlleux. Petits gages, froid rigoureux, longs mois de totale obscurité, dangers permanents, retour incertain.

Honneur et reconnaissance en cas de succès » 

Malgré cette annonce qui fait peur notre explorateur a reçu 5000 réponses. Après un choix très étudié il retient 28 hommes qu’il juge apte pour cette expédition.

L équipage était constitué de charpentier de médecin, océanographe, de photographe, de cuisinier ….

Chaque membre ne pouvait prendre qu' un kilo d objets personnels .il fallait laisser place aux vivres, aux traîneaux pour circuler sur la banquise, à la meute de chiens (une vingtaine de chiens), tous les accessoires pour les recherches scientifiques et tout le matériel pour faire cuisine et réparations de toutes sortes, etc. Le bateau, une fois bien constitué est prêt à partir. Le 05 Décembre 1914 l’Endurance quitte la Géorgie du Sud pour mettre le cap sur l’Antarctique

Mais début Janvier 1915 le trois mâts est bloqué par les glaces

Les marins vivent de phoques et de graisse de phoques. Le dégel approche, le bateau essaie de se frayer un chemin mais l espoir est de courte durée. Tout le bateau est ébranlé et prend l’eau.

Donc il faut débarquer sur la banquise avec les traîneaux les canots de sauvetage les chiens et les restes de vivres

Le blizzard empêche les hommes de se diriger et il faut attendre trois mois afin de regagner l’ile Eléphant inhabitée peu hospitalière et plus de vivres et à la grande désolation de tous, il faut abattre les chiens pour survivre.

Un canot avec quatre hommes à bord part chercher des secours laissant les 24 hommes transis de froid sans vivres. Seulement trois mois après une frégate arrive, c’est la victoire tous ont résisté.

Cette incroyable expédition au pôle sud et la façon dont l’équipage survécut dans des conditions extrêmes relève de l’héroïsme au temps des grands explorateurs.

Voilà un compte rendu très bref de ce périple qui donnera envie de consulter

Les nombreux livres qui retracent l’odyssée de l’Endurance. Le récit est fait en détail par l’explorateur lui-même

Le photographe à bord a réalisé des vues extraordinaires sur ce voyage et que l on retrouve dans ces livres.

Ernest Shackleton est décédé en 1921 en Georgie du sud .il préparait une nouvelle expédition.

Il repose à la demande de sa famille dans cette terre qui fut le point de départ de ses aventures.