Le 30 septembre, nous étions 24 à embarquer en car pour Chaumont. Arrivées à Blois, la Loire nous apparaît, nimbée de brume. Nous la longeons jusqu’à la fin du voyage, subjuguées par la beauté de ce fleuve sauvage.

Durant la matinée, le Festival des jardins nous accueille.

Son concept : créer un jardin éphémère dans un espace limité et pour une durée déterminée avec un thème annuel. Cette année, le Biomimétisme est à l’honneur à travers 24 jardins qui sont autant de visions où créativité et harmonie sont au rendez-vous…

Et si, même au jardin, on repensait tout sous l’angle des mimétismes et de l’universalité des formes et des organisations ! La compréhension et l’imitation des systèmes vivants et, en particulier, des écosystèmes naturels est l’une des cles de notre avenir.

Gestion des flux, de l’énergie, purification et stockage des eaux, conversion de la lumière du soleil en énergie, chimie verte… Tout est dans la nature…

Au service de cette thématique, et de sa traduction esthétique, les concepteurs de l’édition 2021 ont, en effet proposé des réponses ambitieuses et exemplaires et créé des scénographies ,nouvelles et contemporaines, visant à la fois à faire comprendre, à surprendre et à faire rêver..

Ces jardins, aux titres évocateurs, tout en gardant leur habituelle créativité, ont su illustrer, avec talent, les vertus du biomimétisme: jardin de la termitière, bleu désir, osmose, l’effet lotus; régénérescence, le petit pays des larmes, les arches de jasmin étoilé.

Vers midi déjeuner gastronomique au Grand Vélum où nous attend un servi par un personnel attentionné et efficace. La beauté des assiettes met en valeur des plats qui font rêver : paysage culinaire, fleurs d’artichaut et crustacés, truite en impulsion ondulatoire, effet bleuté papillon. Souvenir impérissable…

Le Grand Velum

L’après-midi, nous découvrons la grande serre tropicale qui abrite des collections végétales inattendues, des associations der plantes créant des scènes inspirantes et évolutives.

Nous déambulons ensuite parmi les allées du parc où les massifs harmonieux sont arrivés à maturité tout en laissant la part belle aux arbres remarquables aux racines surprenantes.

Notre journée se poursuit avec une visite du château qui appartint au Prince de Broglie jusqu’à son don à l’Etat en 1938. Appartements historiques avec la Chambre de Catherine de Médicis et celle dite de Ruggieri et appartements privés font de ce château une sorte de livre ouvert de l’évolution architecturale des intérieurs. Aujourd’hui ces lieux servent d’écrin à des œuvres contemporaines relativement bien intégrées, notamment dans les écuries.

Bref, ce fut une belle journée à marquer d’une pierre blanche…